La Charte de Lomé : Les textes peuvent être soumis à l’adoption et la signature des chef d’Etat

147

Dans le Hall VIP du Radisson Blu 2 Février de Lomé, le comité des représentants permanents (Corep) vient de clôturer les activités du jour. Selon les confidences de son excellence M. Chérif Mahamat Zene, le comité est arrivé à un consensus sur les textes de la charte.

En effet, c’est au niveau du Corep que résident les blocages au cours des réunions de l’Union Africaine. « Généralement, au cours des réunions de l’Union Africaine, le processus s’enclenche au niveau du comité des représentants permanents et quand il y a consensus à ce niveau, la suite devient plus facile », nous a confié tout à l’heure l’ambassadeur Chérif Mahamat.

Ainsi, les représentants permanents au cours des débats, ont relevé que certains aspects comme les infrastructures, le commerce et le développement économique ne sont pas du tout ou sont moins pris en compte dans les textes de la charte.

« Le texte se focaliserait beaucoup sur les questions d’ordre sécuritaire », a soutenu M. Chérif Mahamat Zene qui a poursuivi : « suite aux débats, certains estiment que le texte n’est pas encore bien achevé pour être adopté ».

Toutefois, il reconnait qu’«il n’y a pas de texte parfait. Tout est perfectible ».

« Les aspects non couverts ou insuffisamment couverts peuvent faire l’objet de réunions des ministres sectoriels ultérieurement et les décisions de ces réunions pourraient être soumises à l’appropriation d’un prochain sommet de l’Union Africaine afin d’être transformées en annexes ou protocoles additionnels, faisant partie intégrante de la Charte », selon M. Chérif Mahamat qui conclut que « la charte peut être soumise à l’adoption et à la signature » des chefs d’Etats le Samedi prochain.

C’est dans ce sens qu’a abondé Marie-Edith Tassyla, ambassadeur du Gabon auprès de l’Union Africaine. « Nous allons porter nos recommandations aux ministres des affaires étrangères dans chaque Etat pour que la Charte soit signée et adoptée par les Etats qui le veulent bien, tout en tenant compte des réserves qui ont été faites pendant la réunion du Corep », a-t-elle souligné.

Place maintenant à la conférence maritime africaine qui aura lieu du 12 au 14 octobre. Demain, le Togo fera une exposition sur l’économie bleue.

A.L

icilome.com