La Ceet au creux de la vague

406

Il se susurre depuis un moment que la Compagnie d’Énergie Électrique (Ceet) se trouve au creux de la vague. L’information a été confirmée par son Directeur Général Mawussi Kakatsi lors de la célébration de la journée du travail.

A en croire Mawussi Kakatsi, la direction fait des pieds et des mains pour sortir la Ceet de cette zone de turbulence. Seulement, elle se heurte à des difficultés.

« Nous sommes dans un secteur industriel où la maîtrise des processus est nécessaire pour pouvoir garder la performance. Malheureusement, la Ceet est à un moment charnière de la gestion de ses ressources humaines. Les compétences les plus avérées sont presque en train de partir. Certes, de nouvelles têtes rentrent dans le circuit, mais encore faudrait-il qu’elles soient formées et cette maîtrise a besoin du temps », a-t-il confié.

Aussi, n’a-t-il manqué de reconnaître que les grands défis doivent être relevés par un personnel dynamique, expérimenté et qualifié.

« Pour les besoins en ressources humaines, nous sommes à pied d’œuvre. Les mesures sont déjà prises et en temps opportun, les partenaires sociaux seront associés au déploiement du processus », a-t-il rassuré.

Cette société d’Etat souffre également des problèmes financiers. Selon le DG, la Ceet doit avoir ses propres locaux dignes de ce nom, mais la situation actuelle ne permet pas de s’offrir ce « luxe ».

Tout compte fait, Mawussi Kakatsi reste optimiste quant à la résolution de tous ces problèmes.

JA

Source : www.icilome.com

6 COMMENTS

  1. Depuis la création de cette société c’est très décevant de dire qu’elle n’a pas encore ses propres locaux.Elle attend quoi ,l’Etat providence.

  2. Reste à savoir si la CEET est bien gérée.Nous avons aussi ce problème gestion inefficace ajoutée à la corruption généralisée de nos sociétés d’Etat

  3. Afin de rgler ou du moins rduire les charges d’lectricit impayes par l’Etat, ce dernier doit srieusement rflchir l’introduction de la journe continue de travail dans la fonction publique. les 2h 30 de pause midi avec le personnel qui reste au poste de travail pour se reposer en laissant la climatisation et les lampes allums, sont autant de gaspillages d’nergie et ventuellement de l’argent du contribuable. les 2h30 de consommation d’nergie electrique pendant 5 jours dans la semaine et au bout constitue une somme trs importante susceptible d’allger le fardeau financier de la CEET

LEAVE A REPLY