Kokodoko Massenth arrêté et torturé pour son militantisme dans le front citoyen Togo Debout !

0

KOKODOKO Messenth, un des responsables du mouvement citoyen NUBUEKE, membre du front citoyen Togo Debout, a été enlevé depuis une semaine et conduit au SRI (Service de Renseignements et d’Investigation) où le Colonel Massina Yotrofei s’occupe personnellement de son cas, selon les informations.

Cité par l’ONU comme principal instigateur du système tortionnaire au Togo, le Colonel Yotroféi MASSINA a ordonné l’enlèvement du jeune KOKODOKO le jeudi 19 octobre à 7 heures du matin.

Des agents cagoulés ont fracassé la porte de la victime, aspergé ses yeux d’une substance pour le neutraliser et l’ont conduit au quartier général de la torture, où l’attendait celui qu’on appelle « le tortionnaire en chef » qui tente de lui arracher des aveux pouvant permettre d’incriminer le mouvement citoyen Togo Debout dans lequel le jeune KOKODOKO milite également.

 » Si tu veux devenir Mandela sans dénoncer, c’est ton problème « , répète en boucle le bourreau qui enchaîne les techniques de torture les plus barbares, à point de laisser des hématomes sur le corps de sa victime.

KOKODOKO Messenth agonisant

La victime, un jeune activiste de la société civile est très mal en point. En dépit des lésions, il est enfermé dans une cellule qui a de sérieuse répercussion sur sa vue. Mais encore, le jeune gémit sous le coup d’une hémorragie interne pendant qu’on ne cesse de l’assaillir de questions : qui sont les membres, qui sont les membres fondateurs ?…. Alors qu’il est atteint de graves plaies au niveau de l’abdomen, les agents de SRI l’ont déplacé vers une autre destination inconnue, selon les informations.

Ses proches et collègues qui lui avaient apporté des vivres la semaine dernière, avaient été mis aux arrêts pendant de longues heures.

Un collège d’avocats tente en ce moment de rencontrer le Procureur de la République.

La famille, les collègues et proches du jeune KOKODOKO Messenth en appellent au concours des organisations internationales, des associations de défense des droits humains.

A. Lemou

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here