Journée de l’arbre : Aller au-delà de la mise en terre des plants

51

Jeudi 1er juin, sur toute l’étendue du territoire national, chacun s’activait à poser un acte qui marquera son passage sur terre, planter un arbre. Le gouvernement, les cadres de l’administration togolaise, députés, organisations, citoyens lambda ont sacrifié à la tradition à l’occasion de cette journée nationale de l’arbre.

“Celui qui plante un arbre n’a pas vécu inutilement “, dit l’adage. Mais une chose est de planter un arbre, une autre est de veiller à leur croissance.

Au-delà de la journée de l’arbre, on se demande combien reviennent sur leurs pas pour voir le résultat de leur geste ?

Jean Kissi, Secrétaire national du Car, député à l’Assemblée nationale l’a si bien fait remarquer ce jeudi lors du reboisement sur le site du parlement. « Si l’on se rappelle l’inondation de 2008 à Kélégougan, on aurait compris que si toute la nation avait mis en œuvre la plantation des arbres, on n’aurait pas connu ces inondations. Le premier bien à conserver, c’est l’arbre. Pour ce faire, une société sera recrutée pour entretenir ces arbres puisqu’il ne s’agit pas simplement de les planter », a-t-il laissé entendre.

Le général Béréna Gnakoudè, Directeur de l’Agence Nationale d’Assainissement et de salubrité Publique (Anasap) a également réitéré que protéger ces arbres est d’une grande importance.

« Depuis l’instauration de la journée de l’arbre au Togo, combien de plants n’ont été mis en terre ? Et combien de plants sont visibles de nos jours ? Il faudra entretenir ces plants pour que notre travail ne soit pas vain. Chaque Togolais qui va mettre en terre un plant doit le visiter, l’arroser pour qu’il puisse grandir », a-t-il encouragé.

Planter un arbre, c’est faire bien, mais l’entretenir, c’est faire mieux pour la sauvegarde de l’environnement.

M E

Lomechrono.com

LEAVE A REPLY