Interview exclusive de M. Kpakpo Fidégnon : « Aujourd’hui, toutes les entreprises doivent aller à la démarche qualité. »

162
Interview exclusive de M. Kpakpo Fidégnon : « Aujourd’hui, toutes les entreprises doivent aller à la démarche qualité. »

En vue d’inciter les entreprises à s’inscrire dans la démarche qualité qui s’impose aujourd’hui, à toute structure, le prix qualité est institué au niveau régional ainsi que national. Au Togo, la quatrième édition du prix qualité a été décerné récemment à cinq entreprises (l’Université FORMATEC, Cabinet d’Expertise Comptable AEC, la Brasserie BB, la Communauté Electrique du Bénin, la Compagnie d’Energie Electrique du Togo). Dans une interview accordée au site togotopnews.com, M. Kpakpo Fidégnon, Président du Comité d’Organisation du Prix Togolais de la qualité et Représentant au Togo du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest explique les contours de ce prix. Il a dressé la situation actuelle en termes de qualité au niveau des entreprises togolaises, insisté sur l’importance pour les entreprises d’aller à la qualité et exprimé son enthousiasme en ce qui concerne l’organisation prochaine du prix CEDEAO de la qualité. Lecture :

Cinq (5) entreprises togolaises ont été récemment primées dans le cadre de la quatrième édition du prix togolais de la qualité. Pouvez-vous revenir sur les objectifs de ce prix ?
Il faut tout d’abord préciser que le prix qualité est institué depuis 2004 par la commission de l’UEMOA à travers le programme qualité UEMOA. Le prix est organisé une fois tous les deux ans au niveau de l’UEMOA mais chaque pays membre de l’Union organise la même compétition au plan national afin de disposer des lauréats nationaux pour concourir au prix régional.
Revenant à votre question, le prix qualité a pour objectifs de renforcer la compétitivité des entreprises, inciter les organismes nationaux publics et privés à s’engager dans la démarche qualité c’est à dire valoriser les performances qualités et l’image de marque des entreprises, promouvoir la culture de la qualité auprès des consommateurs pour leur bonne santé et permettre aux entreprises de répondre aux normes de protection de l’environnement. Le prix qualité répond donc à trois objectifs : la satisfaction des clients, la compétitivité et le respect de l’environnement.

Quelle est la périodicité de l’organisation du prix togolais de la qualité et quelles sont les critères de sélection ?
Le prix togolais de la qualité est organisé chaque année. Un appel à candidature est bien évidemment lancé et toute entreprise inscrite dans la démarche qualité a la possibilité de postuler. Le prix est structuré en quatre catégories : les petites entreprises, les moyennes entreprises, les grandes entreprises et les très grandes entreprises. Chaque catégorie a quatre niveaux notamment le prix leadership, le prix maitrise de la qualité, le prix engagement de la qualité et le prix excellence. Le concours est organisé sur la base de critères harmonisés de l’UEMOA, axé sur l’évaluation de la performance des entreprises selon les normes Iso 9001 et 9004 et qui mettent l’accent sur la responsabilité sociétale des entreprises. Les lauréats sont donc sélectionnés à la base de ces critères. En résumé, dans le cadre de ce concours, il y a un comité national d’organisation qui lance l’appel à candidature, une équipe d’auditeurs indépendants qui fait les audits, un jury qui sélectionne des lauréats sur la base des critères bien définis et le comité d’organisation proclame les résultats et organise la cérémonie de remise des trophées.
Chaque pays et ses lauréats des prix d’excellence se retrouvent chaque deux ans, au niveau régional pour compétir.

Parlez-nous des difficultés que vous rencontrez dans l’organisation de ce prix ?
La première difficulté est liée au fait que les entreprises sont réticentes par rapport au concours. Nous faisons des sensibilisations mais des gens ne comprennent pas le bien-fondé de la chose. Le message ne passe pas à 100%. Les inscriptions ne sont pas nombreuses. Les gens ne se mobilisent pas autour de la chose alors que nous voulons voir beaucoup d’entreprises entrer dans la démarche qualité.
La seconde difficulté est d’ordre financier car pour organiser un prix, on a besoin des moyens. Il faut sensibiliser les gens pour qu’ils participent, payer les auditeurs et organiser la cérémonie de récompense. Et donc cela nécessite des moyens. Il faut néanmoins reconnaitre qu’au début les difficultés étaient énormes mais actuellement les choses commencent par s’améliorer.

Présentez-nous la situation aujourd’hui en termes de qualité au niveau des entreprises togolaises ?
Sur le plan national, nous avons noté lors de l’organisation de notre dernier prix que la situation est mieux qu’avant. Les entreprises commencent de plus en plus à s’inscrire dans la démarche qualité même si beaucoup hésitent encore.

Pourquoi l’importance à l’heure actuelle pour les entreprises d’aller à la qualité ?
Le marché aujourd’hui devient de plus en plus exigeant par apport aux offres. Même ceux qui veulent exporter du gari (farine de manioc) doivent aller à la démarche qualité. Ils doivent soigner l’emballage et respecter les normes. Aujourd’hui, il y a une loi au Togo qui stipule que tout produit ou service échangé doit être conforme aux normes qualités. Par exemple, le sel qui est normalisé au Togo, c’est le sel iodé parce que quand on le prend, on ne s’expose pas au goitre. C’est dire que la qualité s’impose. Quand on va au marché, tout le monde veut acheter chez la bonne revendeuse qui est propre, même si ses produits sont plus chers. Cela montre combien les consommateurs sont exigeants, ce qui contraint les entreprises à aller à la qualité si elles veulent vendre leurs produits.

La CEDEAO s’apprête à organiser courant cette année 2017, le prix CEDEAO de la qualité. Comment accueillez-vous la nouvelle ? Quelle chance pour les entreprises togolaises qui vont participer à ce prix ?
C’est une très belle initiative et nous nous réjouissons de cela. Les entreprises togolaises auront les mêmes chances que les entreprises des autres pays en participant au concours dans l’espace Ouest africain. Le prix CEDEAO de la qualité suit le même processus que le prix UEMOA, c’est-à-dire que ce sont les lauréats des prix nationaux qui vont compétir au niveau de la CEDEAO avec les mêmes critères. Donc si une entreprise togolaise a gagné sur le plan national avec les mêmes normes, il n y a pas de raison qu’elle n’ait pas la chance de gagner au niveau régional. D’ailleurs, une entreprise togolaise a gagné l’année dernière au prix UEMOA. Il s’agit du Cabinet d’Audit et d’Expertise Comptable AEC qui a été récipiendaire du Prix spécial Leadership UEMOA. Il y a eu beaucoup d’entreprises qui ont compéti dans la catégorie où le Togo a gagné. Donc, ce sont les normes qui parlent. Si on a pu gagner à l’UEMOA, ce n’est pas à la CEDEAO qu’on ne va pas gagner et je souhaite vivement que le cabinet AEC gagne encore à la CEDEAO.

Un mot de fin ?
La qualité a un prix. Aujourd’hui toutes les entreprises doivent aller à la démarche qualité. La qualité doit être l’affaire de tout le monde et non d’une seule personne, ni d’une seule entreprise car elle rend la vie agréable à tous. Tous pour la qualité, la qualité pour tous.
Interview réalisée par Hélène Doubidji

Source : www.icilome.com

LEAVE A REPLY