Interview de l’artiste Kokou Ekouagou : « L’art est un outil de pensée, de dialogue et de communication »

162

Ayant réussi avec mention au BAC C, au Lycée de Tokoin, Kokou Ekouagou a abandonné les bancs pour se consacrer à l’art au grand dam de certains de son entourage qui voulaient qu’il fasse de grandes études universitaires pour trouver une place au soleil. « L’art est un métier noble que beaucoup ignorent », leur répond-il avec son sourire légendaire. Aujourd’hui, épanoui dans son métier, il ne regrette pas son choix et consacre tout son temps à l’art, à l’exposition ici et ailleurs. Pour lui, « l’art est un outil de pensée, de dialogue et de communication ». Lire l’interview qu’il a accordée à votre site.

icilome.com :Qu’est-ce qui fait la différence entre votre art et celui des autres ?

Kokou Ekouagou : La différence se situe au niveau de ma démarche artistique. Ce qui m’importe, c’est l’aspect “multiculture”, pour mettre l’accent sur le brassage culturel. A mon humble avis, tous les artistes doivent l’exploiter car selon moi, toutes les cultures communiquent et se communiquent.

Est-ce vous avez pu exposer déjà dans les pays de la sous-région ?

Oui dans beaucoup de pays. Je reviens fraîchement du Mali, où j’ai pris part au Salon International d’Art Contemporain, Ségou’Art 2016, qui s’était déroulé du 23 au 25 septembre dernier. J’y ai participé en exposition off avec d’autres collègues togolais.

Quels sont les problèmes que rencontre l’artiste togolais d’aujourd’hui ?

Chacun a son problème. Le problème de l’un ne serait pas forcément celui de l’autre. Dans mon cas par exemple, c’est le problème de communication. L’artiste a beaucoup de problème pour communiquer, à avoir ce lien naturel entre le public et l’œuvre d’art. Or l’art est un outil de pensée, de dialogue et de communication.

Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Mon meilleur souvenir en tant qu’artiste, c’est lorsque j’avais eu la chance d’être invité, en 1999, à participer à l’Expo 1/2000 en 2000 à la Galerie Jacques Cartier (Galartco) à Chauny en France aux côtés d’artistes confirmés. Cela m’avait tellement réjoui et mis en confiance.

S’il vous est donné de travailler aux côtés d’un artiste célèbre, lequel choisirez-vous et pourquoi ?

Je choisirai sans réfléchir Picasso. Mais malheureusement, il n’est plus de ce monde. C’est un artiste aux multiples facettes et qui sait s’adapter à chaque moment de son existence. S’il était encore vivant, je pense qu’il surprendrait encore et encore…C’est notre devoir de faire encore plus que lui…sinon ce serait un échec !

Entretien réalisé par A.H.

icilome.com

LEAVE A REPLY