Hommage à Jean Karim Fall qui était sous les balles à Lomé le 3 décembre 1991

185

Le monde entier pleure le confrère Jean Karim Fall de la rédaction de RFI et de France 24, décédé d’une crise cardiaque en Sicile (Italie) ce vendredi, où il était pour la couverture du sommet du G7. « Un grand », reconnaissent les journalistes de par le monde.

« En 1991, dans une ville de Lomé, sous des trombes de balles et d’obus, il sera le seul journaliste à rapporter au monde ce qui se passait dans ce Togo en délicatesse avec la démocratie, après ce que l’on avait réellement appelé l’assaut contre la Primature », témoigne Jean Baptiste Placca dans sa chronique du jour.

Il ajoute : « Il était courageux physiquement et professionnellement et avait risqué sa vie pour informer le monde sur ce qui aurait pu être un massacre à huit clos ».

Peu sont ces Togolais qui savent que Jean Karim Fall était dans le feu de l’action à Lomé le 3 décembre 1991, lors de l’attaque de la Primature par les éléments de Gnassingbé Eyadéma qui voulait mettre fin à la transition dirigée à l’époque par le Premier ministre Joseph Kokou Koffigoh.

La couverture de cet événement avec tout le risque que cela comporte a valu à Jean Karim Fall des admirations dans le monde.

« Plus tard en 1997, le président de RFI qui m’avait invité à un déjeuner, me demandait ce que je pensais du travail fait en décembre 1991 par Jean Karim au Togo. Je lui ai répondu en précisant que lorsque la vérité journalistique gêne trop les pouvoirs politiques, ceux-ci s’emploient à discréditer le travail et le sérieux du journaliste », souligne Jean Baptiste Placca.

Chef du service Afrique de RFI à partir de 1996, Jean-Karim Fall, par son professionnalisme, a beaucoup contribué au développement de la « radio mondiale » sur le continent africain. Depuis 2012, il était passé à France 24, où il était à la fois rédacteur en chef, interviewer et chroniqueur. Toujours affable avec ses interlocuteurs, il savait les mettre en confiance.

Il était également un grand connaisseur de l’Afrique et ses dirigeants. C’est lui qui a couvert la visite mouvementée de François Mitterrand chez Thomas Sankara en novembre 1986. Il était aussi au front lors de la mise à sac de Kinshasa par la soldatesque de Mobutu, en septembre 1991. Il a couvert la guerre civile au Liberia dans les années 1990.

Paix à son âme !

I.K

Source : www.icilome.com

LEAVE A REPLY