Gilbert Bawara serait-il saoulé par le pouvoir ?

466

On n’invente rien. On pose juste la question compte tenu de la réaction Me Yawovi Agboyibo, président du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), membre de la coalition des partis d’opposition, par rapport aux propos du ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara sur le référendum que projette le régime auquel il appartient.

Il y a quelques jours, Gilbert Bawara déclarait que le régime ira « jusqu’au bout », parlant du référendum que rejette toute la classe politique de l’opposition.

« Ce qui se passe en ce moment au Togo, c’est que la minorité politique a décidé que ce qu’elle veut, c’est ça qui doit passer. Nous aurions aimé qu’un consensus puisse être dégagé pour faire les réformes à l’Assemblée nationale mais à partir du moment où l’opposition a retiré ses propositions et a quitté l’hémicycle, c’est une volonté de prise en otage du processus démocratique. Nous irons jusqu’au bout en organisant le référendum à une date qui sera fixée prochainement», a-t-il déclaré devant la presse au Burkina Faso, en compagnie de son collègue Yark Damehame de la Sécurité et de la Protection civile.

En réaction à cette déclaration, dans une émission sur une radio privée de la place dimanche, le président du CAR pense que Gilbert Bawara n’était pas dans tous ses états en tenant ces propos.

« Parfois le pouvoir saoule. C’est souvent après qu’on se rend compte qu’on a fait des déclarations qui ne doivent pas être faites », a indiqué Me Yawovi Agboyibo.

Et d’ajouter : « Je ne sais sous quel enivrement Monsieur Bawara a dit ça, mais je trouve que ce n’est pas bien ».

I.K

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here