Fréquentations dangereuses: Jean-Pierre Fabre et Blaise Compaoré, devenus copains comme cochons

276
Fréquentations dangereuses: Jean-Pierre Fabre et Blaise Compaoré, devenus copains comme cochons

Georges Lawson serait-il le prochain Premier ministre du Togo ? La question telle que posée par notre rédaction a eu l’effet d’une bombe dans les rangs de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Les premiers responsables de cette formation politique n’ont pas pu s’empêcher de monter au créneau pour démentir l’information et au passage, distribuer quelques attaques acerbes à l’endroit de certains leaders de l’opposition qu’ils qualifient de vendus et d’ennemis de la lutte politique.

Parmi ces ingénieurs en propos discourtois, Isabelle Manavi Améganvi remporte la palme d’or. L’élue de la circonscription électorale de Kpélé (qui éprouve d’énormes difficultés dans son village pour se faire accepter par les siens) s’est montrée la plus inspirée qualifiant Gilchrist Olympio, Gerry Taama, Abass Kaboua, Me Yawovi Agboyibo, Aimé Gogué d’ennemis de la démocratie togolaise qui auraient, selon elle, monnayé leurs convictions politiques contre des espèces sonnantes et trébuchantes auprès du pouvoir de Lomé II.

Sur la terre de nos aïeux, estime-t-elle, seule l’ANC serait demeurée un parti politique propre et exempte de tout reproche. Dans une publication laissée sur les réseaux sociaux, l’avocate ne fait pas économie de termes vulgaires et grossiers pour se faire entendre et tant mieux pour son image d’élue de la nation.

Bon, qu’à cela ne tienne c’est après tout son droit de choisir comment s’exprimer en public. Allons de l’avant et supposons par extraordinaire que le parti de Jean-Pierre Fabre n’ait jamais touché de pécule du parti au pouvoir, ni au cours des dernières élections, ni auprès d’émissaires étrangers chargés d’acheter leur docilité. Allons-y donc et avançons cette improbable « supposition ».

Comment alors les militants et responsables de l’ANC pourraient-t-ils expliquer les têtes à têtes que leur leader Jean-Pierre Fabre a eus avec l’ancien président du Burkina Faso Blaise Compaoré lors de son dernier séjour secret à Lomé ? De quoi ces deux personnalités ont-elles parlé ? Les Togolais n’ont–ils pas le droit de savoir ? Ils voudraient bien être situés sur le sujet.
Quelles sont les raisons qui motivent les sempiternelles visites que Jean-Pierre Fabre effectue entre Lomé et Yamoussokro auprès de Blaise Compaoré au point que ces deux personnes soient devenues « copains comme cochons ? ». Le peuple a le droit de savoir ça aussi.

Qu’est-ce qui peut tant bien unir un ex-dictateur au chef de file de l’opposition togolaise ?

A l’ANC d’aucuns pensaient qu’il s’agissait d’un secret très bien gardé mais ne dit-on pas que rien n’est caché sous le soleil ? Au nom d’une hypothétique virginité politique, il n’est pas permis de duper tout un peuple.

Nous reviendrons dans nos prochaines parutions sur le rôle joué par Louis Michel et ses réseaux maçonniques dans les discussions de couloir entre l’ANC et UNIR. Des discussions qui, au demeurant ne sont pas une mauvaise chose. Cependant les vrais raisons et objectifs doivent être expliqués au peuple sans faux-fuyant ni angélisme politique.

A.Y.
Source : Hara Kiri N°44 du 07 octobre 2016

icilome.com