Faure Gnassingbé, éternel globe-trotter

205

« On ne voyage pas pour voyager mais pour avoir voyagé » – Alphone Karr

Le jeune président togolais est connu comme un grand amateur des voyages inutiles. Entre visite officielle, tourisme, villégiature, séjours d’agrément et de remise en forme, les pérégrinations du N°1 togolais ne se comptent plus. L’année 2015 a été rythmée par une fréquence infernale de séjours à l’étranger. Cette année, Faure Gnassingbé a repris de nouveau les airs. Par monts et par vaux, il effectue au moins deux voyages par mois. Du moins officiellement.

Faure Gnassingbé, éternel globe-trotter

Petite piqûre de rappel. Les odyssées de Faure Gnassingbé en début d’année, précisément le 28 janvier 2016 par un voyage au Vatican où il s’était entretenu avec le Souverain Pontife. Il était en compagnie de sa mère que certains journalistes avaient malencontreusement présentée comme son épouse. Sur le chemin du retour au Togo, il fit une escale le 31 janvier à Addis-Abeba en Ethiopie pour le sommet de l’Union Africaine.

Trois semaines plus tard, le 23 février, il s’était envolé pour New York où il a participé à une conférence organisée à l’occasion du 50e anniversaire du PNUD, le Programme des Nations Unies pour le développement. Le 29 février, il était à la 31è session du Conseil des droits de l’homme à Genève.

Il s’est payé un petit brin de repos au mois de mars et a repris son périple en avril qui l’a conduit successivement en Egypte (10 avril) et à Bahir Dar en Ethiopie (16 avril) où il a pris part au Forum sur la sécurité en Afrique.

Début mai 2016, il s’est rendu à Bulawayo à la 57e foire internationale du Zimbabwe. Deux semaines plus tard, le 14 mai, Faure Gnassingbé était au Nigeria pour un sommet international sur la sécurité. Depuis dimanche 29 mai, il est en visite d’Etat en Chine. Hier mercredi, il est allé à la rencontre des pandas géants à la base de recherche de Chengdu. L’un des pandas aurait même salué la délégation togolaise, annonce avec enthousiasme le site du gouvernement republicoftogo.com. Dans leur magnanimité, les autorités chinoises ont offert à leur hôte un de ces pandas géants pour… la faune de Mango. Malheureusement, celui donné à Faure était une peluche.

Après la Chine, Faure Gnassingbé, effectue le 8 juin une visite officielle en Allemagne avant de se rendre dans la foulée à Niamey pour le conseil du sommet de l’Entente.

On le voit, l’addiction du N°1 togolais pour les voyages est d’aucun doute. Il ne lâche pratiquement pas ses valises et reste toujours prêt à partir. Certains pensent que ces voyages n’apportent rien au quotidien des Togolais, mais entrainent plutôt des factures astronomiques pour le contribuable togolais.

A en croire le confrère « La Dépêche », Faure Gnassingbé voyagerait à bord de jets privés. Or ce sont les PDG de grandes firmes industrielles, des princes du Golfe et autres grandes stars de foot ou de cinéma pleins aux as qui s’offrent un tel luxe. Il y aussi le coût des suites présidentielles dans les établissements luxueux -on parle de plusieurs centaines de millions de nos francs- qu’affectionnerait particulièrement le jeune président lors de ses sorties. Sans compter les charges (hébergement, restauration, diverses primes…) des nombreuses personnes qui composent souvent sa délégation.

Pour un pays classé comme l’un des plus pauvres au monde et où les populations peinent à s’offrir un repas par jour, il y a de quoi que ces voyages non stop et dispendieux fassent jaser.

Source : Médard Amétépé, Liberté

27Avril.com

LEAVE A REPLY