Faure Gnassingbé et sa mère Sabine Mensah invisible à la fête traditionnelle « Gbagba » à Apégamé

3218
Que maman Sabine nous demande pardon, que dis-je, nous pardonne « mamantalement » de parler d’elle ici. Ce n’est pas de nos habitudes de parler des gens ; c’est juste ce qu’on n’arrive jamais à faire ici à « Liberté » malgré nos efforts – hihihi. C’est un agissement de son « sipé » (enfant) qui nous y oblige. Peut-être qu’elle a la preuve contraire qu’il l’aime ; mais elle doit souffrir de lire ce titre interrogatif et va comprendre le pourquoi de comment de cette question. Ce détour passé, abordons le sujet proprement dit.

Samedi dernier, les populations d’Agou étaient en fête. C’était l’édition 2016 de la fête traditionnelle Gbagba. Les fils et filles étaient là, la préfecture s’est parée de ses plus belles couleurs, les festivités officielles ont été organisées. Ce dimanche en suivant le journal de 20 Heures sur la TéVéTé, on pensait voir « Woabé » lui-même en chair et en os sur les lieux. On a cherché, fouillé, bêché, aucune trace de notre champion « gnassional ». A un moment donné, on a pensé que c’est notre « zoeil » qui nous jouait des mauvais tours et on est allé distiller Gentamicine là-dessus pour mieux voir. Mais aucune ombre qui ressemblait à celle de « Faure-vi ». En lieu et place, c’est Fo Guy Madjé Lorenzo qu’on a vu représenter le « gouverne et ment » et délivrer le discours officiel. En clair, « Woabé » n’était pas là. Un sacrilège en réalité.

C’est à Apégamé, localité située au pied de la montagne Agou qu’avaient lieu les festivités. Certains ne le savent peut-être pas, c’est le village, pardon, la ville 5 étoiles dont est originaire la maman « gnassionale », « Mman » Sabine. « Woabé » n’a pas daigné faire le déplacement des lieux. Et pourtant, ce serait une façon de lui rendre hommage. On dirait que « Faure-vi » n’aime pas vraiment « Mman » Sabine. Parce que c’est tout une semaine qu’il passe dans la Kozah au cours du mois de juillet pour les Evala. Il est présent à toutes les étapes de la lutte, suivant les empoignades de bout en bout. Mais comment comprendre qu’il ne daigne pas passer même une petite minute dans le village de sa maman et l’honorer ? Il fait visiblement ce qu’on l’appelle « nkoumé choix », un choix tendancieux donc. Après tout, c’est pour prétendre aimer notre maman « gnassionale »…

Liberté

Togosite.com