EPU : Le dossier Kpatcha Gnassingbé et coaccusés s’invite dans les débats

402

Kao Atcholi, SG ASVITTO (à droite)

Plusieurs délégations de la société civile togolaise séjournent actuellement à Genève dans le cadre de l’Examen périodique universel (EPU). L’affaire Kpatcha Gnassingbé et coaccusés revient dans les discussions

Un certain nombre de responsables d’organisations de la société civile togolaise est à Genève, en Suisse, à la présentation de l’examen périodique universel. Parmi eux, Aimé Adi, Directeur exécutif de la branche togolaise d’Amnesty international et Kao Atcholi, Secrétaire général de l’Association des victimes de Torture du Togo (ASVITTO).

Particulièrement, ces deux défenseurs des droits de l’Homme se font les porte-parole des victimes de l’injustice. Ils ont rendu visite à une équipe associée de procédures spéciales sur la torture, la détention arbitraire, la liberté de manifestation et les exécutions sommaires.

L’affaire Kpatcha Gnassingbé et ses coaccusés attire l’attention de la délégation de Genève. En effet, interpellés dans une affaire dite de coup d’Etat contre la sûreté intérieure, le demi-frère de Faure Gnassingbé et compagnie ont été jugés et condamnés après un procès jugé inique. Malgré les irrégularités constatées dans le procès par le groupe de travail des Nations Unies, ils sont toujours maintenus en prison.

Selon Atcholi Kao, l’ASVITTO en concertation avec l’Amnesty international-Togo, a formulé une série de recommandations aux responsables des procédures spéciales. Elles concernent la question des incendies des marchés de Kara et de Lomé ; les répressions de Mango, de Gléi, de Hahotoé ; la détention arbitraire de Kpatcha Gnassingbé et coaccusés et des militants de l’ANC.

« Nous avons également évoqué le caractère très répressif de certains articles du nouveau code pénal, et des recommandations pour bloquer l’intention du gouvernement et du PASCRENA à vouloir modifier la loi 1901 sur la liberté d’association », souligne Kao Atcholi.

L’EPU, selon Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU, « est plein de promesses en ce qu’il ouvre un nouveau chapitre dans la promotion des droits de l’homme et en souligne l’universalité ».

A.H.

icilome.com