Eperviers : Claude Le Roy marque son territoire

209

Recruté par Faure Gnassingbé, le technicien français des Eperviers, Claude Le Roy, écarte tout sur son chemin, parfois au grand dam des membres du Comité exécutif (Comex) de la Fédération togolaise de football (FTF).

Dès le départ, tout semble clair sur ses responsabilités. Le Comité exécutif de la FTF n’avait joué qu’un rôle figuratif dans son choix et dans la signature de son contrat.

Tant que tout rentre dans la constitution d’un groupe solide des Eperviers, à même de rivaliser avec les autres équipes de la région ou du continent, personne ne trouve à redire.

Néanmoins, certaines décisions de Claude Le Roy font grincer des dents, y compris même au sein de l’instance faîtière de football.

« Le Roy fait montre d’une exigence sans pareil en vue de marquer son territoire et démontrer qu’il est le seul maître à bord de cette « Arche de Noé ». Ce qui est évident et facilement perceptible, c’est que Claude Le Roy est déjà devenu un arrête dans la gorge de bon nombre des membres du Comex, y compris le président le président », écrit ‘’L’Equipe Sportive’’ dans sa parution de ce matin, un organe très introduit dans les arcanes de la FTF.

A en croire l’auteur de l’article, « personne ne contrôle Claude Le Roy, aussi bien dans ses prises de décisions que dans la gestion des différentes sélections à sa charge. Pas plus que l’administration de la FTF qui se voit mettre devant le fait accompli. Les relations de Claude Le Roy et ses employeurs immédiates deviennent peu à peu conflictuelles ».

Le Breton, visiblement, ne veut qu’un seul interlocuteur, celui qui l’a fait venir au Togo, Faure Gnassingbé. Ce qui forcément mécontente Guy Kossi Akpovy, président de la FTF et ses camarades.

Cette ambiance orageuse peut-elle permettre aux Eperviers de participer à la phase finale de la CAN Gabon 2017 en toute sérénité ?

A.H.

icilome.com