En Allemagne, Faure Gnassingbé est totalement coupé, déconnecté des réalités quotidiennes du Togo

548

« On nous réconcilia ; nous nous embrassâmes, et depuis ce temps-là nous sommes ennemis mortels » – Alain-René Lesage

En visite d’Etat en Allemagne, Faure Gnassingbé a laissé entendre que la « réconciliation au Togo est un miracle de Dieu ». A l’en croire donc, la réconciliation serait effective entre les fils et fils du Togo et il faut rendre grâce à Dieu d’avoir accompli un tel miracle. Des propos assez surprenants qui font dire à certains que Faure Gnassingbé est totalement coupé, déconnecté des réalités quotidiennes du Togo.

Enfermé dans son bunker à Lomé II, Faure Gnassingbé s’est entouré d’une pléiade de conseillers qui malheureusement ne lui disent jamais la vérité. Des thaumaturges de la préhistoire et faiseurs de miracles à l’envers qui, depuis 50 ans, ont confisqué le pouvoir politique dans le mensonge absolu. Cela n’étonne donc pas qu’on aille servir des contre-vérités aux Allemands. Mais cela ne disculpe guère Faure Gnassingbé, qui en tant que premier responsable, est censé être au fait des réalités du pays.

Faut-il le rappeler, c’est à la suite de son accession au pouvoir dans un bain de sang en 2005, plus de 500 Togolais selon l’ONU avaient été massacrés pour permettre à Faure Gnassingbé de succéder à son père qui avait dirigé le Togo d’une main de fer pendant 38 ans, que sous l’égide de la communauté internationale, un dialogue intertogolais avait été initié en 2006 assorti d’un accord (APG) dont la mise en œuvre devrait permettre la consolidation de la démocratie, de l’Etat de droit, la bonne gouvernance et la réconciliation nationale. Mais l’accord n’a été appliqué qu’à minima. Et c’est avec consternation que les Togolais ont entendu dire aujourd’hui que cet accord est « caduc ». Alors même que la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) instituée par Faure Gnassingbé lui-même avait repris dans son rapport les grandes lignes de l’APG.

Aux victimes des massacres de 2005 qui attendent toujours réparation, il faut ajouter celles qui ont subi des actes atroces de tortures dans la ténébreuse affaire de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat pour laquelle certaines personnes croupissent encore dans les geôles de la dictature. De plus, depuis trois ans, des innocents sont arrêtés et détenus ans dans la scabreuse affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara. Sans oublier les victimes des massacres de Mango. La tension couve toujours dans cette ville où les populations réclament la libération des personnes arrêtées et jetées en prison avant de faire le deuil.

C’est dans cette impasse que proclame depuis l’Allemagne que Dieu a fait un miracle en réconciliant les Togolais alors que sa propre famille biologique et même politique est en lambeaux. Comment Faure Gnassingbé peut-il expliquer qu’une frange non négligeable de la population prenne constamment d’assaut les rues pour exiger la mise en œuvre des réformes politiques, gages d’un Togo démocratique et réconcilié avec lui-même ? Si Dieu a accompli le miracle de la réconciliation au Togo, quelle est la raison d’être de la médiatrice de la République qu’il a nommée et dont le rôle justement est d’œuvrer à la réconciliation des Togolais. Et puis sincèrement, comment peut-on parler de réconciliation pendant qu’une petite minorité qui pille le pays peut manger à satiété et s’offrir un train de vie sultanesque alors que l’écrasante majorité ne peut pas s’offrir un repas par jour ?

A l’instar donc de Florent Maganawé qui soutient mordicus que l’APG est caduc, pour Faure Gnassingbé aussi, la CVJR est caduque, le HCRRUN est caduc, la lettre des Evêques est caduque, tout est caduc. Il peut donc songer à rester indéfiniment au pouvoir, comme le lui a conseillé son père…

Source : Médard Amétépé, Liberté

Togosite.com

LEAVE A REPLY