Droits de l’homme au Togo : Les défenseurs des droits de l’homme montent au créneau

299
Droits de l’homme au Togo : Les défenseurs des droits de l’homme montent au créneau
Que reproche-t-on au Ministre AGBETOMEY ?

On reproche au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, M. AGBETOMEY d’avoir qualifié de « voyants aveugles » tous ceux qui feraient une quelconque abstraction de « l’évolution » de la situation sur les droits de l’homme au Togo ».

C’est pourquoi, on s’acharne contre le Ministre sur les sites. Or, celui-ci qui n’a fait que dire la vérité.

Dans la vie, tout est question d’angle. Le Ministre est dans son angle et justifie ses propos par le fait que notre pays est admis au Commissariat de Droits de l’Homme des

Nations Unies en Octobre dernier ; il souligne également l’accession au programme seuil du Millénium Challenge corporation MCC et relève la désignation du Togo comme Etat pilote dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Tout Ministre à sa place se féliciterait de ces avancées. Et, il a raison de le faire parce que c’est la vérité.

Si, selon les défenseurs des droits de l’homme, la surpopulation carcérale, les répressions des manifestations sociopolitiques, les détentions arbitraires et abusives (cas Bodjona, cas Kpatcha GNASSINGBE, Antoine Randolph) sont dénoncées, c’est en raison de leur angle. Cependant, il faut éviter de faire de l’amalgame en mélangeant les torchons et les serviettes pour les besoins d’une cause. Il n’existe aucun lien de causalité entre l’arrestation de Kpatcha et les blessés et exilés de Mango. On oublie trop facilement qu’un commissaire de Police dans l’exercice de ses fonctions a été lâchement lapidé et tué. Le commissaire lui n’a pas de droit ? Il n’existe aucun pays au monde où les cas cités n’existent. Aux Etats-Unis d’Amérique, nous assistons tous les jours à des assassinats en plein jour. Dans ce pays, des Policiers tirent sur les noirs dans les rues comme s’ils sont dans un stand de tirs alors que les victimes n’ont commis aucune faute.

Nous savons toujours que pour quelques « Togolais », il est interdit de parler en bien du Togo. On peut tout faire. Ils préfèrent noircir l’image de notre pays en parlant en mal de leur pays. Le Togo est pourtant le pays chéri des ressortissants des pays voisins comme le Bénin, le Niger, le Mali, le Burkina qui se sentent plus à l’aise chez nous que chez eux.

Les violations des droits de l’homme existent partout. Aucun pays ne peut se prévaloir du contraire.

Le vrai problème c’est que les violations des droits de l’homme est une question de longue haleine et de constante vigilance. Tant que nous vivons sur cette terre, nous devons nous battre contre ce phénomène inhumain. La vie c’est comme ça.

Lorsqu’on s’insurge contre le Ministre parce qu’il a parlé des progrès enregistrés dans son domaine, c’est qu’on cherche la petite bête sur un crâne rasé. C’est déplorable. Car, il était inimaginable en 1999 que le Togo bénéficie de cette attention de la communauté internationale.

Nous faisons notre bonhomme de chemin et le Ministre est dans son rôle : celui de mettre en évidence l’évidence.

Rodrigue

Togosite.com

LEAVE A REPLY