Déclaration de Strasbourg à l’occasion de la grande marche internationale de la diaspora togolaise en Europe le 14 octobre 2017

38

DECLARATION DE STRASBOURG A L’OCCASION DE LA GRANDE MARCHE INTERNATIONALE DE LA DIASPORA TOGOLAISE EN EUROPE LE 14 OCTOBRE 2017
Organisateurs : TOGO DEBOUT CMDT CAP2015 G6 PNP RNDP CTR SANTE du PEUPLE, SYNERGY GFSA

NOUS, représentant la coalition des partis politiques et des forces démocratiques du Togo et rassemblés au sein du Collectif citoyen TOGO DEBOUT EUROPE, organisons ce jour du 14 octobre 2017 à Strasbourg, capitale européenne, une Grande Marche Internationale pour exiger le départ immédiat de Faure Gnassingbé, Chef de l’Etat togolais. A cet effet, nous faisons solennellement la présente déclaration.
Mesdames et Messieurs,
Chers invités
Chers amis panafricains,
Chers Compatriotes
Strasbourgeoises et Strasbourgeois,
Nous vous saluons chaleureusement et vous remercions d’être venus nombreux de plusieurs pays européens :
Depuis une cinquantaine d’années, le Togo, qui avait connu deux coups d’Etat militaires après son indépendance, est sous la dictature implacable des Gnassingbé père et fils.
Cette dictature militaire et sanguinaire est devenue dynastique le 5 février 2005, à la mort de son fondateur, le Sergent-Général Etienne Eyadéma Gnassingbé qui avait régné 38 ans sans partage, laissant le pays exsangue et misérable.
Faure Gnassingbé succéda à son père, le jour de son décès, par un putsch militaire immédiatement contesté par le peuple et la communauté internationale. La succession sera néanmoins normalisée deux mois plus tard par une mascarade électorale entachée de grotesques et grossières fraudes. Tandis que cette même communauté internationale reconnaissait la contre-vérité des urnes, la contestation populaire fut noyée, durant trois semaines, dans le sang par les forces armées et les forces de sécurité causant un profond traumatisme dans le peuple : plus de 850 morts, 5000 blessés et environ 50000 à 100.000 réfugiés dans les pays voisins.
Une fragile paix sociale s’installa un an plus tard, en 2006, lorsque l’accord politique global ( APG ) fut signé entre l’opposition et les tenants du pouvoir. La situation socio-économique et politique continuait à se dégrader car une « minorité pilleuse «, au dire du Chef de l’Etat lui-même, avait fait main basse sur les richesses du pays. En fait, selon un chercheur togolais, « le problème du Togo, ce n’est pas que la mafia soit au pouvoir, car la mafia est le pouvoir ». Le pouvoir togolais est connu aussi pour sa piraterie maritime. Et pour beaucoup d’observateurs étrangers, le Togo est la Corée du nord de l’Afrique.
Dans tous les domaines de la vie publique, la situation du Togo est des plus déplorables sur le continent et les fondamentaux ne sont plus assurés à la grande majorité de la population qui croupit dans la misère. La dette publique représente environ 81% du PIB. Tous les indicateurs économiques et les indices du bien-être social sont dans le rouge. L’Etat est en faillite ! Le lit de la révolte populaire se constitue au fil du temps comme un puzzle.
Quel peuple voudrait un président qui met en faillite son pays, en esclavage son peuple, dans la souffrance, la misère, le deuil sa patrie et dans le déshonneur sa nation ! Aucun !
Comme le « pouvoir absolu corrompt absolument », après plus de 50 ans de dictature dynastique, mafieuse et démoniaque, le constat est amer, la potion est devenue imbuvable d’où le rejet total et définitif de Faure Gnassingbé et de son système. 50 ans, ça suffit! Car Faure est coupable de nombreux délits dont

Coup d’Etat militaire en février 2005 : selon la constitution, Faure est un criminel, donc inéligible!
Coup d’Etat constitutionnel et électoral en 2005
Crimes contre l’humanité
Crimes économiques
Enrichissement illicite
Corruption
Mauvaise gouvernance
Fraudes électorales en 2005, 2010 et 2015 et falsification des résultats électoraux
Dépravation de la vie morale publique, atteintes aux mœurs, luxure.et pédophilie.
Ce rejet va s’exprimer graduellement, clairement et massivement au cours des différentes marches citoyennes, populaires et pacifiques faites en août, septembre et les 4 et 5 octobre, non seulement dans tout le pays, mais aussi, simultanément dans de nombreux pays étrangers où réside la diaspora. Dans toutes les villes de notre pays les foules dans les rues étaient denses, innombrables pour réclamer le départ immédiat de Faure Gnassingbé, le retour à la constitution de 1992 dans sa forme originelle, l’effectivité du droit de vote de la Diaspora et la libération de tous les détenus politiques.
La dictature a réagi violemment et sauvagement en tirant à balles réelles sur des manifestants pacifiques aux mains nues, en les bastonnant ou les dispersant à coups de grenades et de gaz lacrymogènes surtout à Sokodé, Bassar, Kparatao, Bafilo, Kara , Mango, Dapaong. Dans ces villes, les domiciles ont été violés, des maisons brûlées ou/ et cassées, les biens ont été pillés, les populations brutalisées et poussées à l’exil, des femmes violées. Nous déplorons une quarantaine de morts dont deux enfants de 9 et 14 ans, de nombreux blessés graves, de nombreuses arrestations, des condamnations arbitraires et des disparitions. La soldatesque était tellement déchaînée à Kparatao qu’elle vida ses armes sur une vache qui paissait tranquillement dans un pré !
Depuis deux mois et face aux manifestations populaires et à leur sauvage répression avec son cortège de morts et de violences, le Chef de l’Etat reste muet et montre de plus en plus son incapacité mentale et intellectuelle à gouverner le pays. Ce pseudo président, un jouisseur dégénéré, ne s’est jamais préoccupé réellement de l’intérêt général et de l’unité nationale Son gouvernement a proposé un référendum constitutionnel qui viole l’esprit et la lettre de l’APG. Or, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui est l’une des deux institutions internationales chargées de garantir l’application de cet accord, vient de publier, le 4 octobre, un communiqué conjoint avec l’Union Africaine ( UA ) et le Bureau des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel ( UNOWAS ) pour soutenir ce référendum indécent et à contre-courant. Il est important de noter ici que Faure Gnassingbé est l’actuel président en exercice de la CEDEAO et que cette institution et les deux autres avaient plusieurs fois déjà poignardé dans le dos le peuple togolais! Agissant de la même façon, la présidente de la délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie ( OIF ), madame Aïchatou Mindaoudou, avait joué un rôle très sombre dans l’accession de Faure Gnassingbé au pouvoir ; sa capacité de nuisance fut grande !. Il est tout à fait normal qu’elle ne soit pas reçue récemment par la Résistance togolaise!
La coalition des 14 partis politiques, les forces démocratiques, la Diaspora et le peuple togolais disent fermement Non à ce référendum, taillé sur mesure, qui viole l’APG, et exigent la constitution consensuelle de 1992 votée à plus de 97% des suffrages exprimés. Ce référendum scélérat est une escroquerie politique et morale ; il ne peut en aucun cas être la solution! Nous disons que 50 ans de dictature, ça suffit ! Faure Gnassingbé doit dégager purement et simplement!
Notre peuple est souverain ! Il est mature et plein de sagesse. Il a décidé de reprendre son destin en main et il marche vers sa liberté en menant une lutte pacifique, non-violente pour abattre la plus vieille dictature du continent africain. Grande est donc sa sagesse de ne pas recourir aux armes !

Voilà donc la situation chaotique dans laquelle se trouve le Togo, notre cher pays. Cette situation est aggravée par la stratégie de la terreur adoptée par Faure Gnassingbé et certains de ses officiers supérieurs génocidaires. Celle-ci engendre de très graves violations des droits humains dont les auteurs sont les forces armées, les forces de sécurité et de l’ordre, la milice du RPT/UNIR, des mercenaires et les magistrats.
Forts du soutien de la société civile africaine dont nous sommes profondément reconnaissants, nous interpellons l’Union européenne ( UE ), qui est l’autre institution chargée de garantir l’application de l’APG, et lui demandons de faire inscrire à l’ordre du jour de son parlement le problème togolais pour que celui-ci soit débattu le plus tôt possible en « Question urgente « et de prendre les sanctions nécessaires selon les accords de coopération existant entre elle et notre pays. Nous lui demandons instamment d’intervenir auprès du pouvoir togolais pour qu’il écoute la volonté de notre peuple et qu’il cesse immédiatement toutes violences sur lui.
Nous lançons un appel pressant au Barreau de Colmar, jumelé avec le Barreau togolais, et à tous les démocrates alsaciens, compte tenu des liens historiques qui existent entre l’Alsace et le Togo, à soutenir notre lutte légitime, pacifique et à exiger du gouvernement togolais le respect des droits de l’homme.
Nous lançons enfin un appel aux vrais démocrates français et à tous les autres démocrates européens ainsi qu’à leurs gouvernements respectifs que le sort de la démocratie et de la liberté se joue présentement au Togo mais aussi dans toute l’Afrique. L’Afrique ne peut être le continent de l’avenir que si elle se débarrasse des dictatures prédatrices qui l’asphyxient, qui entravent son développement et qui poussent ses habitants, à la recherche d’un mieux-être, à grossir le flux migratoire en Europe. La solution à cette migration réside dans l’éradication complète des dictatures instaurées par des potentats en Afrique.
. Notre démocratie naissante a besoin du soutien moral de tous les démocrates de par le monde, de tous les hommes épris de liberté et de paix pour émerger et s’affirmer sur la terre togolaise !
Faure Kodjo Essomzina Gnassingbé est venu par un coup d’Etat sanglant ! Il est illégitime ! il n’a jamais été le président idoine des Togolais ; il incarne, bien au contraire, le mal togolais, le problème togolais. Son départ en est l’unique solution. Le Général de Gaulle et Richard Nixon, présidents de deux grandes nations, ont démissionné. Et pourquoi pas le petit Faure Gnassingbé ?

Togolaises et Togolais ! Chers Compatriotes ! La lutte de notre peuple est juste et légitime. Elle s’appuie sur l’article 150 de notre constitution : « En cas de coup d’État ou de coup de force quelconque… pour tout Togolais, désobéir et s’organiser pour faire échec à l’autorité illégitime constituent le plus sacré des droits et le plus impératif des devoirs «

Nous devons soutenir cette lutte de libération nationale de toutes nos forces et l’engager dans un processus irréversible vers l’alternance politique, la démocratie et la dignité humaine. La lutte du peuple est invincible car la voix du peuple est la voix de Dieu
Nous saluons Strasbourg, capitale européenne, ville libre où fut composée la Marseillaise par Rouget de Lisle en1792. Ce n’est pas un hasard que nous soyons aujourd’hui ici! Alors, tout le Togo debout comme un seul homme, comme un roc inébranlable ! : » Allons enfants de la Patrie, le jour de gloire arrive ! Que viennent les tyrans, nos cœurs soupirent vers la liberté ! » La joie approche, Chers compatriotes !!!
Gloire éternelle à nos Martyrs !
Vive le Togo libre !
ABLODE !

Fait à Strasbourg, Place de la République, le 14 octobre 2017
Les organisateurs, représentant la Voix de la Résistance Togolaise !

Contact : [email protected]

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here