Coalition de l’opposition : 4 actions majeures en Octobre pour la ‘résistance’

203

La tension dans la sphère sociopolitique va crescendo. Alors que la coalition des 14 partis de l’opposition crie halte au référendum, le gouvernement fonce tout serein avec l’appui de la CEDEAO. Il restreint également les manifestations publiques, principal outil de contestation de l’opposition seulement aux weekends. En réplique, cette dernière sort la carte de la résistance !

« Les manifestations en semaine se feront sous forme de meeting ou de réunions publiques et les week-ends, elles peuvent se faire comme d’habitude pour l’intérêt de tous », prescrivait Payadowa Boukpessi, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales. En soutien, son collègue de la Sécurité et de la Protection Civile argumenta que cette décision visait à « protéger les élèves », et également pour « assurer la tranquillité et la sécurité » des activités économiques, selon les propos du Colonel Yark Damehame.

« La Coalition des 14 partis dénonce le caractère illégal de cette décision. Quand l’État se met lui-même à violer les lois, les citoyens ont le devoir sacré de résister », martèle un communiqué qui, dans un premier temps, félicite les populations pour leur mobilisation record aux marches des 4 et 5 octobre 2017.

selon les partis PNP, CAR, le Groupe des 6 (Six), le CAP 2015 et Santé du Peuple, « Cette mobilisation a tellement sensibilisé la communauté internationale et inquiété le régime en place que le gouvernement a échafaudé un plan d’interdiction des manifestations dont la première phase est la décision annoncée par les ministres le mardi 10 octobre interdisant les marches les jours ouvrables ».

De quoi maintenir la pression, en appelant les populations à « résister ».

Les manifestations annoncées pour les 18 & 19 et les 30 & 31 Octobre prochains sont donc placées sous le signe de la  » résistance » conformément au communiqué qui précise : « La Coalition des 14 annonce dès à présent les géantes manifestations des 30 et 31 octobre et invite spécialement nos compatriotes de la diaspora et les organisations et mouvements citoyens africains en lutte pour la démocratie et les libertés à venir au Togo pour y prendre massivement part ».

la deuxième moitié de ce mois d’Octobre annonce un climat sociopolitique encore tendu, avec son lot de conséquences.

A.Lemou

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here