Bénin : 17 étudiants souffrent le martyre au Venezuela à l’indifférence totale des autorités.

255
17 compatriotes béninois, étudiants boursiers en Médecine à l’école universitaire ESCUELA LATINOAMERICANA DE MEDICINA (ELAM) du Venezuela, souffrent le martyre dans leur pays d’accueil au point de vivre comme des mendiants pour pouvoir survivre et ceci à l’indifférence totale des autorités béninoises aussi bien du régime précédent qu’actuel, qui semblent refuser s’apitoyer sur leur sort.

En effet, boursiers de l’école universitaire ESCUELA LATINOAMERICANA DE MEDICINA (ELAM) du Venezuela en 2011, les 17 compatriotes, contrairement aux promesses qui leurs a été faites par les autorités vénézuéliennes, sont contraints à une vie de misère pour suivre leur formation. « Actuellement nous vivons très mal dans ce pays (Venezuela – ndlr), au point où nous devenons vivre comme des mendiants puisque ce qu’a promis le Venezuela avant notre arriver n’est pas respecter (…). Nous recevons comme bourse mensuelle 4.000 Bolivars (soit environ 234.000 de FCFA – ndlr), ce qui ne peut même pas couvrir une journée au Venezuela. Toutes nos tentatives pour faire comprendre à nos autorités ce qui ce passe ici ont été vaine. » a déclaré l’un des étudiants à notre correspondants de la diaspora.

Dans un pays où le kilogramme de viande est vendu à 4.000 Bolivars, le kilogramme du sucre à 1.200 Bolivars, le litre d’huile végétale à 2.400 Bolivars, le kilogramme du poulet à 2.800 Bolivars et 500 grammes de pâte alimentaire à 700 Bolivars (pour ne citer que ceux-là), il est donc aisé de comprendre à quel point il est difficile pour un étudiant de se nourrir pendant une journée dans ce pays malgré les aides de ses parents.

A cela s’ajoute la difficulté pour ces compatriotes de renouveler leurs passeports qui expirent dans quelques mois. Le Bénin n’ayant pas de consulat encore moins d’ambassade au Venezuela, ces compatriotes, qui peines déjà à survivre, sont conviés à rejoindre l’ambassade du Bénin à Brasilia au Brésille pour se faire renouveler leurs passeports par l’équipe itinérante mise sur pieds par le gouvernement contre 100 mille FCFA.

Le gouvernement du président Talon en l’occurrence le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Aurélien Agbénonci, est donc appelé à voler au secours de ces compatriotes qui souffrent le martyre dans l’espoir de s’offrir une meilleure formation à mettre au service de leur Nation.

Benin Web tv

Togosite.com

LEAVE A REPLY