Au Togo, le régime reste complètement indifférent à la mort de ses 5 soldats togolais tués au Mali

577
Loin de nous toute idée de xénophobie, mais les Togolais ont toujours eu ce sentiment que les gouvernants portent plus dans leur cœur les étrangers que leurs propres concitoyens.

Si un Togolais a des démêlés avec un étranger, ce dernier bénéficie plus de la faveur et de l’attention des gouvernants. Une situation que nous vivons au quotidien. Cette vérité s’applique même avec les morts. Oui, dans notre pays, selon qu’on est étranger ou citoyen togolais, les morts n’ont pas la même valeur.

Mort Stephen Keshi

Mercredi, le monde sportif africain et togolais a appris avec consternation le décès subit de l’ancien international nigérian et sélectionneur de renom Stephen Keshi. Il est bien connu au Togo pour avoir non seulement dirigé l’équipe nationale « les Eperviers », mais aussi et surtout qualifié notre pays pour sa première coupe du Monde. C’était en 2006 en Allemagne. De ce fait, cette disparition brusque de Stephen Keshi a été ressentie comme un choc par l’ensemble des Togolais.

En premier lieu, les autorités togolaises qui ont réagi promptement à la triste nouvelle en saluant la mémoire de l’illustre disparu. « Le gouvernement a appris ce jour avec tristesse, la disparition subite de l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale de football du Togo. Monsieur Stephen Keshi que l’on ne présente plus, a contribué à l’écriture des plus belles pages de l’histoire du football togolais en le hissant au niveau mondial à travers sa qualification et sa participation à la Coupe du monde 2006 en Allemagne », a indiqué le gouvernement dans un communiqué rendu public le 8 juin 2016.

L’exécutif a aussi compati à la douleur de la famille éplorée. « En ces moments douloureux, le gouvernement togolais adresse ses sincères condoléances à la famille de l’illustre disparu, à ses proches, mais aussi au public sportif africain et prie Dieu Tout-Puissant de l’accueillir dans son royaume », poursuit le communiqué. Un hommage qui dénote de toute la valeur qu’a l’homme aux yeux des Togolais et des autorités. Le « Big boss » le mérite amplement.

Mort de 5 soldats togolais au Mali

Les Togolais auraient souhaité voir le gouvernement faire montre du même empressement quand les 5 casques bleus togolais ont été tués au Mali. Dans la mi-journée du dimanche 29 mai 2016, 5 éléments des Forces Armées Togolaises (FAT) en mission au Mali dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) sont tombés dans une embuscade à l’ouest de la ville de Savaré dans la région de Mopti et ont perdu la vie. L’information avait été immédiatement relayée par les médias internationaux et reprise abondamment par les réseaux sociaux avec un torrent de réactions d’indignation. Les responsables onusiens ont diligemment réagi en condamnant fermement l’attentat et en présentant leurs condoléances aux familles des cinq casques bleus, au gouvernement et au peuple togolais.

Mais la réaction du gouvernement togolais sera timide. C’est seulement 24 heures après la tragédie qu’il a rendu public un communiqué lu dans le journal de 20 heures pour présenter sa compassion aux familles éplorées. C’est via Twitter que Faure Gnassingbé, Chef suprême des armées a réagi pour rendre hommage aux soldats togolais. On a l’impression qu’il voudrait s’adresser plus à la communauté internationale qu’aux familles des victimes. Même si le site du gouvernement estime que Twitter est un média comme un autre, reste à savoir le nombre de Togolais qui sont abonnés à ce réseau social.
On peut le voir, le Togolais vivant ou mort n’a pas la même attention qu’un étranger…

Médard Amétépé, Liberté

Togosite.com

LEAVE A REPLY