4G et trois nouveaux fournisseurs d’accès Internet au Togo : Les dessous d’une révolution numérique annoncée

456

Le secteur de l’Internet mobile au Togo a connu récemment un branle-bas, avec la mise en service de la 3,75G de Moov. Une offre qui a créé une petite émeute (sic) dans le secteur et entrainé une concurrence profitable aux clients. Mais les usagers de la téléphonie et l’Internet mobiles ne sont pas au bout de leurs surprises agréables. Ils devront sous peu entrer dans l’ère de la 4G et d’autres fournisseurs d’accès Internet seront autorisés à s’installer, si l’on en croit le Conseil des ministres réuni ce mercredi. Cependant, ces projets de révolution numérique ne cachent-ils pas quelque chose ?

4G et trois nouveaux fournisseurs d’accès Internet au Togo : Les dessous d’une révolution numérique annoncée

Bientôt la 4G et d’autres fournisseurs d’accès Internet

Le Conseil des ministres s’est réuni ce mercredi 24 août au Palais de la Présidence de la République et il a adopté au cours des travaux deux (02) décrets, écouté cinq (05) communications et des divers. La 2ème communication suivie par le conseil a trait à la concession de licences 4G aux deux opérateurs de téléphonie mobile au Togo ainsi que l’ouverture du marché de la fourniture d’accès Internet à d’autres sociétés.

« La seconde communication suivie par le Conseil est relative à l’attribution de licence 4G aux opérateurs mobiles Togo Cellulaire et Moov. Poursuivant l’objectif de faire de notre pays un Hub numérique dans la sous-région et dans la logique d’assurer la disponibilité de l’internet à haut débit et d’en faire un bien de grande consommation, le Conseil a instruit le ministre des Postes et de l’Economique numérique d’engager des négociations avec les opérateurs de mobiles du Togo pour l’attribution des licences 4G », nous apprend le communiqué final présenté ce mercredi dans la soirée sur la TVT par le ministre de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation civique, Guy Madjé Lorenzo.

« L’octroi de cette licence 4G devrait permettre d’accélérer la baisse des prix, améliorer la qualité de service et la disponibilité de l’internet haut débit sur le plan national », argue le Conseil des ministres. Toujours sur le terrain de la communication numérique, le Gouvernement est disposé à concéder trois (03) nouvelles licences à d’autres fournisseurs d’accès Internet au Togo. « Pour accompagner les grands projets en cours d’exécution en vue de l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité de la connexion internet dans notre pays, entre autres, la construction d’un data center, la mise en place d’un point d’échange internet, la construction d’un réseau de fibre optique de 140 kms reliant plus de 450 structures, la mutualisation des efforts de Togo Telecom et de Togo cellulaire, le Conseil a instruit le ministre des Postes et de l’Economie numérique d’envisager l’attribution, par appel d’offres, de trois (03) nouvelles licences à des fournisseurs d’accès internet au Togo. L’arrivée de ces nouveaux opérateurs permettra de renforcer la concurrence, d’améliorer la qualité de service internet et de baisser sensiblement les coûts », rapporte le compte rendu.

Booster la concurrence au profit des clients mais…

Des licences 4G (quasiment) concédées à Togocel et Moov pour l’exploitation de la connexion 4G et l’acceptation de trois autres fournisseurs d’accès Internet, les Togolais ne peuvent pas attendre meilleure nouvelle. Ce sont ces genres de décisions qu’ils attendent du Gouvernement, à chaque fois qu’ils apprennent que le Conseil des ministres s’est réuni, loin de certaines décisions bizarres souvent prises, du genre adoption de la convention internationale sur les hermaphrodites unijambistes…

La venue d’autres fournisseurs d’accès Internet sera beaucoup profitable aux consommateurs togolais. « L’arrivée de ces nouveaux opérateurs permettra de renforcer la concurrence, d’améliorer la qualité de service Internet et de baisser sensiblement les coûts », pressentait déjà le Gouvernement, et à raison. Car sur le terrain de la connexion Internet, les Togolais sont trop tributaires de Togo Telecom et de Cafe Informatique. Etant les seuls fournisseurs d’accès Internet au Togo, ces sociétés n’en font qu’à leur tête, ne tenant nullement compte des désirs de leurs clients. Connexions défectueuses, absence de connexion durant des heures ou des jours, pannes intempestives sur les systèmes, appels et lamentations de clients tombant dans des oreilles de sourds…telles sont les difficultés quotidiennes vécues par les Togolais. Tous ces problèmes n’entrainent jamais des réductions sur les factures. Avec l’arrivée très attendue des trois nouveaux opérateurs, cela fera en tout cinq (05) fournisseurs d’accès Internet sur le marché et les citoyens n’auront que l’embarras de choix. Ce sera à qui offrir les meilleurs services possibles aux populations en termes de qualité, mais aussi de coût et séduire le mieux les consommateurs.

Mais ne nous connaissant que trop dans ce pays, ces projets de révolution numérique annoncés en conseils ministres ne sont pas fortuits. La tenue en octobre prochain à Lomé du sommet sur la sécurité maritime – ce qui permettra au Togo d’atteindre le summum de son développement – en est pour quelque chose. Pour mettre les hôtes de marque dans de bonnes conditions, il faut en finir avec une connexion Internet souvent accompagnée de juron. Cette connexion qui permet de dormir après avoir lancé une opération ne peut plus faire l’affaire. Des journalistes venus de par le monde auront besoin d’envoyer leurs éléments, et ce n’est pas avec la connexion Internet régulièrement chiante qu’ils s’exécuteront. Aux grands événements, les grandes solutions donc. En revanche, il se pose la question de savoir si tous ces chantiers vont être réalisés avant le fameux sommet.

En outre, la décision du conseil des ministres par rapport au 4G constitue une session de rattrapage en faveur de Togocellulaire, la société étatique. Le 8 août dernier, Moov a mis en service le haut débit 3,75G avec des débits pouvant avoisiner 42 Megabits/seconde. « On est beaucoup plus proche de la 4G. C’est le haut débit et c’est un grand pas vers l’avenir », s’est félicité le directeur de Moov Kitri Houchem. Résultante, beaucoup de Togolais n’ont pas hésité à opérer une « migration choisie » vers Moov. Et c’est pour permettre à Togocellulaire de conserver ses clients que le conseil « a instruit le ministre des Postes et de l’Economique numérique d’engager des négociations avec les opérateurs de mobiles du Togo pour l’attribution des licences 4G ».

L’annonce relative aux trois (03) nouvelles licences à des fournisseurs d’accès Internet au Togo est à prendre avec des pincettes. Elle peut prendre des années et finira par devenir un serpent de mer. Les Togolais n’ont pas encore oublié les nombreuses galéjades sur le 3ème opérateur de téléphonie mobile. Les appels d’offre de la ministre des Postes et de l’Economie numérique, Cina Lawson sont devenus des rêves dans le ventre d’un chien. Acculée, elle finira par lâcher :

« Cette problématique d’un 3ème opérateur est une problématique de journaliste, et ce n’est pas celle des citoyens. Ce qui les intéresse, ce n’est pas tellement qu’il y ait trois (3), quatre (4) ou cinq (5) opérateurs. C’est d’avoir le service de qualité à des prix compétitifs. C’est ça vraiment la requête des citoyens et c’est ce que nous nous sommes engagés à leur donner. C’est ce vers quoi nous travaillons ».

C’était le 27 juillet dernier. Et pour étouffer définitivement le rêve dans le ventre du chien, elle décocha :

« Par rapport à l’arrivée d’un nouvel opérateur, ce nouvel entrant est-il intéressé ? C’est ça la vraie question. Dans un marché de 7 millions d’habitants avec un taux de pénétration de plus de 60%, y a-t-il de l’intérêt de la part de nouveaux investisseurs ? Je pense que c’est comme ça qu’il faut poser la question. (…) Lorsque nous avons enclenché le processus au début de 2014, je peux vous dire que la raison pour laquelle nous n’avons pas pu aboutir, c’est qu’au fond il y avait aussi une absence d’intérêt de la part des investisseurs et une volonté d’attendre et de voir, parce que chaque investisseur a sa propre stratégie, et il faut bien reconnaître que la taille du marché togolais ne le rend pas aussi attractif que nous l’aurions souhaité ».

Mais cette profession de foi de la ministre « miam miam » contraste aujourd’hui avec la venue de trois fournisseurs d’accès Internet. Si avec les téléphones portables qui sont utilisés un peu partout au Togo, le marché de 7 millions n’est pas attractif pour un 3ème opérateur de téléphonie mobile, le sera-t-il avec les trois nouveaux fournisseurs d’accès Internet en plus des deux (Togotélécom et Café Informatique) qui existent déjà ? A beau mentir qui vient de loin.

Source : Tino Kossi, Liberté

27Avril.com