Me Dodji Apévon : ‘La réconciliation n’est plus possible’

35

La rupture est consommée entre les deux avocats dans une guerre de succession à la tête du parti des déshérités. Après son “retour triomphal” dimanche dernier, Me Apévon annonce avoir tourné la page du CAR avec la création d’un nouveau parti en ligne de mire.

Reçu sur Rfi ce matin, le dorénavant ex-président du Comité d’Action Pour le Renouveau (CAR) a brièvement relaté les manœuvres de Me Yawovi Agboyibo pour revenir à la tête du parti « dans des conditions bizarres » selon ses propres termes. “Ça fait trop de micmac dans cette affaire”, a-t-il déploré.

Et de poursuivre : “Ceux avec qui je suis, ne peuvent que réfléchir eux aussi, pour aller dans quelque chose qui puisse les regrouper et leur permettre de réfléchir aux problèmes de la Nation”.

Me Apévon fait-il mention à un nouveau parti politique ? « C’est possible », a-t-il confirmé non sans préciser ceci : « Ils ont un groupe, ils ont fait leur réunion, ils ont mis en place un nouveau bureau sans nous. Nous sommes obligés, nous aussi, forcés par les événements d’aller à quelque chose de ce genre ».

En rappel, Me Yaovi Agboyibo qui se revendique le titre “président fondateur” (statut qui n’existe pas dans le règlement du parti), a organisé le 22 Octobre dernier, un congrès en l’absence de Me Dodji Apévon le président du parti (il assistait à une réunion interparlementaire en Europe).
Le meeting accoucha d’un bureau intérimaire présidé par Nador Awuku.

L’opération qualifiée de “coup d’Etat”, avait été prédite par de nombreux observateurs et plusieurs membres du parti qui avaient dès lors sommé Me Dodji Apévon d’organiser un congrès contre vents et marrées ou de créer son propre parti.

Aujourd’hui, l’honorable Dodji Apévon affirme avoir tourné la page du parti CAR et résolu à amorcer un nouvel avenir. C’est la fin d’une longue crise dont le dénouement s’inscrit dans les pas de l’Union des Forces pour le Changement (UFC) de Gilchrist Olympio même si les causes de la scission qui donna jour à l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de Jean Pierre Fabre ne sont pas les mêmes dans le cas d’espèce de Dodji Apévon.

“Ne soyez pas surpris demain, si vous apprenez que nous lançons un nouveau parti”, a martelé clairement Me Dodji Apévon, car pour lui, “la réconciliation n’est plus possible” au CAR.

A. Lemou

icilome.com