Manuel Valls au Togo, au Ghana et en Côte d’Ivoire pour parler sécurité et économie

26

Le Premier ministre français effectue à partir de vendredi une tournée de quatre jours en Afrique de l’Ouest. Au Togo, au Ghana et en Côte d’Ivoire, il compte manifester le soutien de la France aux processus démocratiques, sans oublier de promouvoir l’économie française.

Alors que la possibilité d’une candidature de François Hollande à la présidentielle française de mai 2017 est de plus en plus mise en doute, son Premier ministre, Manuel Valls, potentiel recours du Parti socialiste, peaufine sa stature internationale.

Après un passage au Tchad et au Niger en 2014, au Mali et au Burkina Faso en 2015 puis en septembre au Sénégal, le Premier ministre français se rend une nouvelle fois, à partir du vendredi 28 octobre, en Afrique de l’Ouest. Il doit y passer quatre jours, d’abord au Togo, vendredi soir, puis au Ghana et en Côte d’Ivoire, où il arrivera dimanche 30 octobre, jour du référendum sur la nouvelle constitution.

« Je veux contribuer à bâtir des ponts. L’Afrique est la nouvelle frontière sur laquelle l’Europe doit bâtir en partie son avenir, pour des raisons démographiques, stratégiques et économiques », avait confié le Premier ministre fin septembre dans un entretien à Jeune Afrique.

Matignon souligne ainsi la proximité « assumée » de la visite avec le scrutin présidentiel au Ghana (début décembre) et le référendum organisé par le président ivoirien Alassane Ouattarra. Une quatrième étape au Gabon, un temps envisagée, avait rapidement disparu des programmes préliminaires après les troubles électoraux et la réélection contestée du président Ali Bongo.

Valls, VRP ?

Le Togo s’est quant à lui félicité dans un communiqué d’accueillir pour la première fois depuis 27 ans un Premier ministre français, le dernier en date ayant été Michel Rocard. Manuel Valls doit s’entretenir puis dîner vendredi soir avec le président Faure Gnassingbé. Il devrait également se rendre sur le port autonome de Lomé, où le groupe français Bolloré possède une concession.

« Nous avons connu beaucoup de concurrents ces dernières années, européens, turcs, chinois, indiens, qui ont débordé les firmes françaises sur les marchés africains. Nos entreprises doivent cesser de considérer qu’elles évoluent dans une chasse gardée », expliquait notamment le Catalan à Jeune Afrique. « La France doit être encore plus présente à travers ses entreprises, qui doivent saisir toutes les opportunités », ajoutait-il.

Manuel Valls n’oubliera pas pour autant son thème favori : la sécurité. Au Ghana, en début de journée dimanche 30 octobre, il rendra visite à un centre d’entraînement antiterroriste. Il s’envolera ensuite pour Abidjan, où il visitera aussi les militaires français sur la base historique de Port-Bouët.

Jeune Afrique