L’Union africaine (UA) dévoilée aux Togolais

142
L’Union africaine (UA) dévoilée aux Togolais

En marge du Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique qui a été ouvert ce lundi à Lomé, s’est tenu dans la capitale togolaise un atelier-formation organisé par le Club Union africaine-Togo (CUAT) sous le thème : « Connaître l’UA ».

Réunissant les hommes et femmes de médias, les représentants de la société civile et de l’administration publique et des étudiants, cette rencontre a été animée par Désiré Assogbavi, Représentant résident et responsable Oxfam International au bureau de liaison avec l’UA à
Addis-Abeba en Ethiopie, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

« Lorsque l’UA a été lancée, il a été décidé que cette union ne soit plus une organisation des chefs d’Etat ou des gouvernements mais une union des citoyens. Pour cela, Oxfam International a créé un bureau de liaison auprès de cette organisation et l’un de nos objectifs est de faciliter cette intégration entre l’union et ses citoyens. Et les mécanismes qui doivent permettre aux citoyens de dire leur mot, ce qui n’est pas bien connu. Cette formation, nous l’organisons depuis dix ans au siège de l’UA. C’est un plaisir pour nous d’organiser cet atelier aujourd’hui au Togo en marge du sommet de l’UA qui se tient dans le pays », a indiqué M. Assogbavi.

Les quarante (40) participants ont touché du doigt les organes et le fonctionnement de l’UA, le processus de décision de l’union, son agenda et les opportunités pour les citoyens de se mêler de la prise de décision de cette union.

Contrairement à l’Organisation de l’unité africaine créée en 1963 et dont l’autorité principale de décision reste les chefs d’Etat et de gouvernement, à l’UA qui a remplacé depuis juillet 2002 cette ancienne organisation, c’est un long processus qui conduit à la prise de décision. A l’OUA où régnait le principe de souveraineté nationale et celui de la non ingérence, à l’UA, c’est le principe de la redevabilité mutuelle et de la non-indifférence qui font foi.

Les participants ont aussi pris connaissance du budget 2017 qui est de 782 millions de dollars à la Conférence des chefs d’Etat en juillet dernier au Rwanda. Les partenaires de l’UA avec à leur tête l’Union européenne (UE) vont contribuer à hauteur de 576 millions de dollars, soit 72% et les 54 Etats membres de l’UA contribueront à hauteur de 205 millions de dollars, soit 28%.

Pour résoudre ce problème d’indépendance financière de l’Union africaine, les chefs d’Etat ont décidé de percevoir 0,02% sur toutes les exportations de tous les Etats membres, une décision qui n’est pas encore entrée en vigueur.

Le Club Union africaine-Togo (CUAT) a été créé en 2014.

Telli K.

icilome.com