L’ONAF prêche la consommation de la «bonne» viande au Togo

14

Maintenir en bon état la santé humaine dépend également de la consommation de la viande. Mais pas n’importe quelle viande. De la «bonne» viande. Au Togo, cette mission est dévolue à l’Office national des Abattoirs et frigorifiques (ONAF).

Pour porter l’information à la connaissance de la population, notamment sur le choix de la viande à consommer surtout en cette fin d’année, période de fête, cet office est présent à l’édition 2016 de la Foire International de Lomé (FIL) qui a ouverte ses portes dans la capitale togolaise depuis vendredi au Centre Togolais des Expositions et des Foires (Cetef) de Togo 2000.

Expliquant le bien fondé de cette démarche de sa structure, Aguidi Kossi Segnon, le Directeur Administratif et Financier (DAF) de l’ONAF a été explicite : «Les viandes qui sortent du circuit de l’ONAF sont jugées propres à la consommation !». Et d’expliquer les procédures : « Les viandes de l’ONAF, avant leur mise sur le marché, subissent diverses inspections et à plusieurs étapes. Avant et après l’abattage des bétails, les vétérinaires procèdent à des contrôles aux fins de détecter toute éventuelle maladie invisible à l’oeil nu. Et ce n’est qu’après cela que les Caracas de viandes inspectée identifiables par des estampies et cachets à l’encre alimentaire bleue, verte ou encore noire, sont déversées sur les marchés », a-t-il expliqué.

L’autre raison de la présence de l’ONAF à la 13e édition de la FIL, poursuit M. Aguidi, est de faire part à la population Togolaise de l’intérêt du nouveau processus de restructuration dans lequel s’est lancé cet office avec en toile de fond, l’exécution du projet d’incinération artificielle visant donc à promouvoir la production laitière bovine au Togo.

L’ONAF, rappelons- le, est une structure publique dont l’objectif est d’assurer à la population togolaise, la qualité de la viande destinée à la consommation. Créé en 1975, cet office se situe dans la zone portuaire, notamment en face de Cimtogo.

icilome.com