À Lomé, Manuel Valls plaisante sur la trace qu’il laissera

51

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a plaisanté samedi à Lomé sur son avenir, en faisant mine de s’inquiéter d’être oublié “dans quelques années”, alors que son éventuelle candidature à l’Élysée à la place de François Hollande agite la gauche française.

En tournée en Afrique de l’Ouest, le chef du gouvernement français a dévoilé une plaque à l’occasion de l’inauguration de l’agrandissement de l’école française de Lomé au Togo.

« Maintenant, M. le Premier ministre, nos noms seront là à tout jamais », a-t-il lancé à l’adresse de son homologue togolais Komi Sélom Klassou.

« Dans quelques années, pas pour vous, ils demanderont : ‘mais qui était Manuel Valls ?’ J’espère qu’on leur donnera une information sur ce jour important ! » a-t-il plaisanté, déclenchant des rires dans l’assistance.

Le Premier ministre, qui affiche sa loyauté à un président François Hollande de plus en plus déconfit dans les sondages, montre des signes de prises de distance après la polémique sur le livre-confession sur le chef de l’État, Un président ne devrait pas dire ça.

Jeudi, dans des propos rapportés par Le Monde, il aurait confié avoir ressenti « de la colère » en lisant l’ouvrage. Des propos sur lesquels il n’est pas revenu depuis.

« La France a trop reculé en Afrique »

Sur un ton plus sérieux, Manuel Valls a estimé que « la France [avait] trop reculé en Afrique depuis quinze ans », d’un point de vue économique et commercial mais aussi avec ses écoles.

La tournée du Premier ministre vise notamment à « traiter » des pays qui ont jugé avoir été oubliés par Paris et y relancer la place de la France.

« C’est pourtant simple : Il y a quelque chose qui identifie la France, c’est l’école, depuis Charlemagne », a plaidé Manuel Valls.

Jeune Afrique