Les premières universités sociales demandent l’inscription des élections locales dans un calendrier

22
Les premières universités sociales demandent l’inscription des élections locales dans un calendrier

Les premières universités sociales du Togo tenues les 12 et 13 octobre derniers au Centre communautaire de Bè à Lomé sous le thème : « Justice et équité sociales : regards croisés des acteurs », ont rendu publiques ce mercredi les 18 recommandations issues des discussions et échanges francs.

Sur les 18 recommandations de ces universités, au moins 14 sont adressées au gouvernement togolais, deux (2) aux organisations de la société civile et deux (2) au monde économique. La recommandation phase est celle d’aller véritablement vers la décentralisation et d’organiser très rapidement les élections locales.

« Nous avons souhaité que cette recommandation puisse s’inscrire dans l’agenda politique. Nous avons des élections législatives en 2018 et en 2020, la prochaine élection présidentielle. Ce sont des dates qui sont connues et par rapport à cela, il est important d’inscrire la décentralisation et les élections locales puisque ce sont des processus qui permettre de rapprocher les pôles de décisions des citoyens », a déclaré Pr David Dosseh, président du comité d’organisation de ces universités.

Pour rappel, les dernières élections locales au Togo ont eu lieu en 1987, soit bientôt 30 ans.

Pour la mise en œuvre de ces recommandations, les organisateurs de ces premiers échanges sociaux soutiennent qu’elle est du ressort de tous les Togolais. « Chaque citoyen avait la possibilité au cours de ces universités, de venir s’exprimer et donner son opinion sur des questions d’intérêt national. Chacun doit prendre ses responsabilités pour permettre d’obtenir la réalisation de ces recommandations », a lancé M. Dosseh.

Pour les responsables des 30 organisations de la société civile initiatrices de ces échanges, l’action d’information et de formation envers les populations sera poursuivie. Ainsi, dans les prochains jours, des tournées seront faites à l’intérieur du pays pour partager avec les populations qui n’ont pas pu toucher du doigt ce qui s’est passé les 12 et 13 octobre de savoir ce qu’il en est et le rôle qu’il leur appartient de jouer.

Telli K.

icilome.com