Les opérateurs économiques togolais prennent langue avec les modes de financement d’AFREXIMBANK

24

A la suite de la visite de son premier responsable, Benedict Oramah au Togo il y a quelques jours, la Banque africaine d’import-export (AFREXIMBANK) démarre les choses sérieuses dans ce pays.

200 représentants du gouvernement togolais, du secteur privé, des banques et la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT), du patronat, de l’Association des grandes entreprises du Togo (AGET) et de Togo Invest Corporation prennent part depuis ce jeudi au premier forum d’affaires d’AFREXIMBANK à Lomé sous le thème : « promouvoir la
diversification et le développement économique par le financement des échanges commerciaux ».

La rencontre qui va prendre fin ce vendredi et qui vise a initié les participants aux arcanes de financements de cette institution financière africaine importante, a été ouverte par le ministre de l’Economie et des finances, Sani Yaya.

Après avoir rappelé les efforts faits par le gouvernement pour améliorer l’environnement des affaires au Togo, avec à l’idée de faire du pays un « hub sous régional et une plateforme de classe internationale », le ministre a reconnu qu’AFREXIMBANK a un grand rôle à y jouer.

« Je salue l’intérêt de la banque pour le Togo et espère vivement un partenariat fructueux entre AFREXIMBANK et le secteur privé togolais. Je suis confiante qu’à l’issue de ce forum et considérant les fortes demandes de financement par le secteur privé togolais, AFREXIMBANK jouera un rôle important dans le domaine économique de notre pays », a lancé pour sa part la ministre en charge de la promotion du secteur privé, Bernadette Legzim-Balouki.

Pour information, le premier responsable d’AFREXIMBANK, à l’issue des échanges à Lomé il y a quelques jours, avait annoncé que l’institution financière qu’il dirige peut investir jusqu’à 5 milliards de dollars au Togo, qui se trouve être le 40ème pays adhérent.

La Banque africaine d’import-export (AFREXIMBANK) a été créée à Abuja au Nigeria en 1993 par des gouvernements africains, des investisseurs privés et institutions africaines ainsi que des institutions financières.

Telli K.

icilome.com