Les nouvelles approches de lutte contre les VBG au bilan

25
Les nouvelles approches de lutte contre les VBG au bilan

Mises en œuvre depuis quatre (4) ans, les nouvelles approches devant permettre de lutter contre les violences basées sur le genre (VBG), notamment l’implication des hommes et des garçons dans la santé de la reproduction, la lutte contre les grossesses en milieu scolaire ont rendu leurs résultats.

Le rapport a été présenté ce jeudi à Lomé au cours d’une rencontre ouverte par la ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Tchabinandi Kolani Yentcharé en présence du Représentant résident du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), Saturnin Epié et des représentants des comités d’hommes, des clubs de mères et des clubs de veille scolaire.

Il ressort qu’au Togo, les taux de grossesse précoce et de besoins non satisfaits sont respectivement de 17% et 34%.Aussi, relève-ton, il y a un manque de cadre de concertation formelle où les différents acteurs, notamment l’UNFPA, le ministère de la promotion de la famille et la Croix rouge peuvent s’asseoir avec les autres partenaires pour discuter et orienter l’exécution de cette nouvelle stratégie.

Il faut rappeler que ces nouvelles approches ont été initiées face à la réticence constatée par rapport à l’utilisation des méthodes modernes de planification familiale.

Mme Kolani Yentcharé a encore une profité de l’occasion pour rappeler l’importance de la planification familiale.

« L’importance de la planification familiale n’est plus à démontrer. Elle permet de protéger la santé de la femme et de l’enfant pour une harmonie dans le couple. Elle permet également de réduire la pauvreté et de promouvoir la croissance économique en améliorant le bien-être des familles et en augmentant la productivité des femmes », a-t-elle relevé.

Le rapport une fois validé, permettra d’opter pour une réorientation des interventions pour relever les défis en matière de santé de la reproduction.

Bernadette A.

icilome.com