Les médias entretenus sur le rôle du centre de surveillance et de contrôle des maladies de la CEDEAO

65

Le vendredi dernier, l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS) a célébré sa 29ième journée internationale à travers un briefing avec les médias sur le thème « Intégration régionale et sécurité sanitaire dans l’espace CEDEAO : rôle du Centre régional de surveillance et de contrôle des maladies de la CEDEAO (CRSCM-CEDEAO).

Cette rencontre a permis d’informer les professionnels des médias sur le rôle de ce centre régional, de discuter avec eux sur les missions de l’OOAS, l’intégration et la sécurité sanitaire, etc.

C’est le virus Ebola qui est à l’origine de la création de l’OOAS, a rappelé Wadagni Sossah, son point focal.

« Suite à l’épidémie d’Ebola qui a frappé la sous-région, à l’analyse, on s’est aperçu que c’est que nos systèmes de surveillance des maladies ne sont pas performants. Suite à ce constat, la CEDEAO à travers sa branche de la santé qui est l’OOAS, a décidé de créer ce centre régional qui doit avoir non seulement les techniciens de terrain, mais également des laboratoires afin que les analyses qui se faisaient ailleurs puissent se faire sur place », a-t-il expliqué.

La mission de l’OOAS est d’aider à circonscrire ce fléau à travers la collecte, la compilation, l’évaluation et enfin la publication de toutes les données recueillies et analysées.

Ce centre contribue à mettre en place un dispositif de surveillance continue des épidémies, des maladies, entre autres, dans l’espace CEDEAO, a précisé Dr Abiba Kere Banla, Directrice de l’Institut national d’hygiène.

L’avènement de la maladie à virus Eboba, a ajouté Adjoa Nomenyo, représentante du ministre de la Santé à la rencontre, a montré que les systèmes de santé dans les pays de la CEDEAO doivent être résilients afin de mieux faire face aux différentes urgences.

Elle a souligné l’importance de ce briefing avec les journalistes d’autant plus que ce sont eux qui sont appelés à relayer l’information dans l’opinion.

A.H.

icilome.com