Les journalistes s’investissent pour la réussite du Sommet de l’Union africaine à Lomé

105
Les journalistes s’investissent pour la réussite du Sommet de l’Union africaine à Lomé

« Contribution des professionnels de la communication dans la lutte pour la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique ». C’est autour de thème qu’une centaine de professionnels de médias publics et privés, de la radio, de la télévision, de la presse écrite et en ligne ont discuté ce vendredi à Lomé, a constaté l’Agence de presse Afreepress.

Cette initiative du Haut conseil pour la mer (HCM) et de la Haute
autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) vise à
sensibiliser les professionnels de la communication afin de leur
permettre de prendre une part active à la lutte et de renforcer leurs capacités par rapport à la problématique de la sécurité et de la sûreté maritimes pour mieux informer les populations et les acteurs concernés sur le bien-fondé du prochain sommet sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique que le Togo abrite du 10 au 15 octobre prochains.

La cérémonie d’ouverture de cet atelier a été présidée par le ministre de la Communication, de la culture, des sports et de la formation civique, Guy Madjé Lorenzo.

« Un évènement comme celui qui se prépare, doit prendre en compte les médias et de leur permettre d’édifier toutes les couches de notre société sur les objectifs et enjeux dédiés à l’évènement. Le but de cette réunion est donc de donner à chacun et à chacune les éléments de langage et toute l’information leur permettant de faire tout objectif leur métier qui est celui d’informer, de leur donner les éléments d’appréciation pour leurs analyses qui ne doivent pas être le fruit de la rumeur ou de la désinformation », a déclaré M. Lorenzo.

On peut être pour ou contre de ce sommet, a-t-il ajouté. Mais ce qui est important, selon lui, c’est d’obtenir des journalistes des
informations objectives permettant à eux de faire un travail basé sur la déontologie et le professionnalisme dans le respect de la pluralité, de la liberté d’expression et d’opinion.

90% des échanges et 65% de l’approvisionnement énergétique sont effectués par la mer, 60% de la population mondiale habite près de la mer, l’eau représente 70% de la superficie du monde seulement 0,6% de cette superficie est protégé. 75% des grandes pêcheries mondiales ont été surexploités ou sont déjà épuisés. 20 millions de tonnes de production mondiale de pêche en 1950, 150 millions de tonnes aujourd’hui. L’Afrique dispose de plus de 30.000 km de côte contre plus de 90 ports. Ces chiffres, selon le ministre, témoignent à souhait de l’interdépendance qu’il y a entre la mer et les économies
africaines, surtout, a-t-il insisté, « quand on sait que 90% des
importations et d’exportations en Afrique sont faites par la mer ».

« Le sommet est l’affaire de tous. Que l’on soit un Togolais du bord de mer ou une Togolaise de la plaine du Mô, que l’on soit un Africain d’un pays côtier ou un africain d’un pays enclavé. Sécurité et sûreté maritimes sont étroitement liées au développement », a-t-il poursuivi.

Le Représentant du président de la HAAC, Mathias Nouwagnon Ayéna a rappelé aux professionnels de médias les dispositions de l’article 54 du code de la presse et de la communication. Il a également salué les nombreuses initiatives, dont la création du Réseau des journalistes africains pour la sécurité maritime (JASeMa), qui ont pour but d’apporter la bonne information aux populations en ce qui concerne les terminologies comme la piraterie maritime, l’économie bleue, les trafics d’armes, de drogues, des êtres humains, le phénomène de migrations clandestines, la pêche illégale, le cimetière bleu et les
thématiques relatives à la mer.

Plusieurs communications ont meublé la séance de formation. La
première communication a pris en compte les enjeux et défis de la sécurité et sûreté maritimes. La deuxième concerne la contribution des médias dans la couverture du sommet sur la sécurité et la sûreté maritimes. La troisième communication a traité de façon professionnelle les sujets sur la sécurité et la sûreté maritimes.

Le Sommet sur la sécurité et la sûreté maritimes est prévu du 10 au 15 octobre prochain à Lomé.

Bernadette A.

icilome.com