Le meurtrier de Baguida explique l’égorgement de sa femme et de son fils

242

Ce n’était pas une fable mais un fait réel qui s’est passé à Baguida, dans la périphérie de Lomé, dans la nuit du dimanche à lundi derniers. Koffi, le meurtrier de Baguida a eu le courage légendaire d’égorger sa femme et son fils de 4 ans. Interpellé dans sa fuite, il a expliqué vaguement les raisons qui l’ont conduit à commettre un tel crime.

Plusieurs témoins ont indiqué que tout allait si bien dans ce couple et il n’y avait aucun problème grave à la connaissance de la famille, des amis et des voisins. Le couple se permettait même de pavaner à moto dans la Baguida au vu et au su de tout le monde. Mais très vite, la tension monte d’un cran quand monsieur Koffi a commencé à accuser sa femme de parler mal de lui au gens.

Rentré à la maison dans la nuit de dimanche, monsieur est allé prendre son bain et rejoint sa femme dans la chambre. Et c’est là que tout a capoté. Koffi qui était sur ses nerfs soumet son épouse à un interrogatoire sans fin… Et la suite, on la connait. Il finira par tuer d’abord son propre fils de 4 ans qui le suppliait de ne pas tuer sa mère et d’achever cette dernière sans trop se poser de questions.

A la Brigade territoriale de Baguida, le meurtrier  dira de façon laconique : « Tout est enfin fini  (…) elle (ma femme, ndlr)  est allée parler mal de moi chez des gens, voisins,  amis et belle famille  et vers minuit après ma douche je suis allé dans sa chambre pour parler avec elle. Elle est allée fermer la porte de notre chambre et ensuite elle a pris un couteau et m’a poignardé deux fois dans le ventre… C’est là que j’ai saisi le couteau et la suite vous le connaissez …. ».

Interrogé sur le cas de son fils il a répondu : « Il était aussi dans la chambre et c’est notre bruit qui l’a réveillé … Il commença par crier ‘ne tue pas ma maman’ et lui aussi je l’ai tué ».

Il a tenté de fuir dans un premier temps et a essayé ensuite de se suicider. Mais aucune de ces tentatives n’ont réussi et il devra répondre de ses actes devant la justice.

 

TogoBreakingNews.info