La santé n’a pas de prix, mais une bonne gestion s’impose

58

Le recours à des partenaires privés sous contrat est peut-être la solution pour améliorer la qualité du système de santé.

Deux sociétés, Entraide Medicale internationale et Memisa, sont en pourparlers avec l’Etat pour conclure un accord de mission de service public.

La phase pilote concerne la gestion de plusieurs unités. En premier, le CHU Sylvanus Olympio de Lomé avec la gestion de la morgue, de la pharmacie du laboratoire et du centre radiologique. Suivront dans un deuxième temps les hôpitaux d’Atakpamé et de Blitta. 

‘L’Etat ne se désengage pas. La contractualisation nous permettra de trouver des solutions à l’insatisfaction des patients,  à la baisse du taux de fréquentations des structures sanitaires publiques, d’offrit un service de qualité aux patients. Bref l’Etat assurera tous ses engagements financiers et les sous-traitants se contenteront d’assurer la gestion’, a précisé Moustapha  Mijiyawa, le ministre de la Santé.

Autrement dit, pas de privatisation rampante.

Republic Of Togo