La FTF a-t-elle finalement choisi l’équipementier Macron ?

60

Quel équipementier habillera les Eperviers à la CAN Gabon 2017 ? La question est sur toutes les lèvres d’autant plus que le sujet est devenu une problématique qui agite les milieux sportifs.

L’équipementier Puma a rompu depuis son contrat avec le Togo qu’il accuse de n’avoir pas respecté les termes du contrat. Depuis lors, la FTF se cherche une nouvelle marque, même si elle a essayé d’autres.

A la veille des matches amicaux d’octobre dernier, au stade de Kégué, le Directeur de la communication de l’instance, Augustin Améga, a déclaré, au cours d’une conférence de presse, que le contrat avec Sergio Sport est arrivé à échéance et que la FTF a lancé un appel d’offres pour voir les propositions qui lui seront faites avant de faire son choix. Et c’était clair que pour les matches contre les Cranes de l’Ouganda et les Mambas de Mozambique, les Eperviers devraient arborer des maillots autres que ceux estampillés Sergio Sport.

Curieusement, cela n’a pas été le cas. Le capitaine Emmanuel Adébayor et ses coéquipiers ont bel et bien porté des équipements fournis par la société de Serge Benissan dont la FTF a dit que son contrat est arrivé terme.

Une contradiction qui a relancé le débat sur l’identité de l’équipementier qui habillera les Eperviers à la prochaine CAN en terre gabonaise.

Entre-temps, le nom du sélectionneur Claude Le Roy a été cité comme celui qui a voulu tenter d’imposer la marque italienne Errea à ses employeurs.

Mais aujourd’hui, selon les informations qui circulent, la FTF aurait opté pour une autre marque italienne dénommée Macron. Le Togo a déjà utilisé des maillots de cette société lors des éliminatoires du mondial Russie 2018, sous l’ère Antoine Folly, alors présent du Comité de normalisation de la Fédération togolaise de football.

Macron ou pas, la FTF doit rapidement situer l’opinion et recadrer tout le monde.

A.H.

icilome.com