Kofi Yamgnane se prononce sur le Sommet de l’UA à Lomé et sur les réformes politiques

494

Le président du parti politique Sursaut Togo, le Franco-togolais Kofi Yamgnane s’est pour la première fois depuis plusieurs mois, prononcé sur l’actualité politique et sociale de son pays le Togo.

Dans une interview accordée au n°85 du journal « La Symphonie » paru dans les kiosques ce jeudi, le natif de Bassar dit tout ce qu’il pense sur l’organisation par le Togo du Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique prévu du 10 au 15 octobre à Lomé.

Sur le sujet, l’opposant de Faure Gnassingbé n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour critiquer l’organisation par le Togo de cet événement, le plus important que le Togo n’ait accueilli sur son sol depuis au moins 16 ans.

Pour lui, « le Togo est l’Etat maritime le plus voyou » et lui confier l’organisation d’une telle réunion, a-t-il ajouté, « c’est comme on demandait au pays producteur de drogue d’organiser la chasse à la drogue ».

Sur la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’Accord politique global (APG), M. Yamgnane a la même position que les partis politiques réunis au sein du Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015).

« Je ne suis pas insensible au problème de réformes et j’ai même eu l’occasion de les demander directement à Faure. Il ne fera aucune réforme de lui-même, il faut donc les lui imposer par la rue », a-t-il indiqué dans son interview.

Kofi Yamgnane dit avoir été victime d’un accident au cours duquel il a cassé son genou droit et subi des opérations. C’est ce qui, selon lui, justifie son absence de plusieurs mois sur les questions d’actualité relatives au pays qu’il aimerait bien diriger un jour.

Telli K.

icilome.com