Kofi Yamgnane répond à Manuel Valls !

38

Manuel Valls arrivé au Togo le 28 octobre 2016, est reparti le lendemain. Au cours de sa visite, comme il fallait s’y attendre, le Premier ministre français s’est fendu des déclarations élogieuses sur le régime cinquantenaire (qui dirige de main de fer le Togo), réfractaire à l’alternance. Kofi Yamgnane, Franco-togolais, lui répond sans concession.

Au cours de sa visite à Lomé, Manuel Valls ne s’est pas privé de tenir des propos dithyrambiques à l’égard d’un régime qu’il sait autoritaire et qui fait tout pour rester aux affaires.

Morceaux choisis : « Le Togo change, il change dans le bon sens. La France croit au Togo et la France veut une relation plus forte avec le Togo », « Votre pays change, il avance, il progresse », « Il y a un Togo moderne, en renouveau », « Comment ne pas déjà ressentir les vibrations et les transformations ? », « Comment ne pas voir qu’une Afrique nouvelle se dessine et se prépare ici ? », « M. le Président, vous faites avancer ce pays avec patience, avec détermination », « Vous avez eu à cœur, et c’est comme ça que l’on reconnaît les grands dirigeants, de favoriser la réconciliation des Togolais entre eux et avec leur peuple ».

Des propos totalement en déphasage avec les réalités, murmurent beaucoup à Lomé surtout dans les partis de l’opposition. Et Kofi Yamgnane, ancien Secrétaire d’Etat français, chargé de l’Intégration entre 1991 et 1993, député socialiste du Finistère de 1997 à 2002, devenu opposant au Togo, se fait le porte-parole des Togolais qui ruminent encore ces réactions de Manuel Valls. Il n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger le Premier ministre français.

Et c’est sur le site lemonde.fr que le natif de Bassar dézingue Manuel Valls. Il plante le décor par « Au Togo, Manuel Valls à contre-histoire ».

« En effet, la réalité que ne pouvait du reste ignorer Manuel Valls, est diamétralement opposée à ce discours de complaisance, sinon de complicité. Voilà un pouvoir tenu d’une main de fer pendant trente-huit longues années par le père avant de le transmettre à son fils à son décès, voici presque douze ans. En janvier 2017, Faure fêtera le cinquantième anniversaire de cette impitoyable « démocrature », de cette véritable « Corée du Nord d’Afrique francophone », salissant une nouvelle fois la mémoire des centaines de Togolais morts lors de ce sinistre règne », lui rappelle-t-il.

Kofi Yamgnane explique que le Premier ministre français ne pouvait ignorer les actes ignobles dont le régime togolais est accusé. « Quel Premier ministre de la France peut-il prétendre prendre de la hauteur à faire l’apologie d’un tel régime ? », demande-t-il à celui qui nourrit le rêve de devenir Président.

« Manuel Valls n’a pas pris de la hauteur, contrairement à ce que pensent certains journalistes français. Non, il s’est plutôt enfoncé dans les bas-fonds où l’a entraîné un seul des pièges que les présidents africains savent si bien tendre à leurs hôtes en quête frénétique de reconnaissance internationale », assène l’opposant togolais.

En réalité, Kofi Yamgnane n’a dit que ce que la majorité des Togolais qui vit dans une misère ambiante rumine en silence.

A.H.

icilome.com