Koacinaute: Albert BOURGI et Francis KPANTINDE, deux pseudo-démocrates payés par le régime RPT-UNIR pour saboter le colloque du CAP 2015.

94

A mesure que le temps passe, les masques tombent et l’on découvre les liens étroits qu’entretiennent certaines éminentes personnalités publiques françaises avec la dictature togolaise.

Ils sont des figures importantes de la vie politique française et africaine. Ils sont souvent présents dans les médias et connaissent bien les réalités africaines. Ailleurs, ils sont de bons démocrates assenant des vérités aux tripatouilleurs de constitutions et aux voleurs d’élections. 
Mais au Togo où la dictature de père en fils sait bien signer les chèques et remplir les djembé quitte à affamer le peuple, leurs discours au vitriol deviennent très vite des louanges à la gloire du despote. 
 
Invités à prendre part au colloque organisé par l’opposition démocratique togolaise et dont le thème central est LA PROBLEMATIQUE DE L’ALTERNANCE POLITIQUE EN AFRIQUE, Francis KPATINDE, Journaliste et Enseignant à Sciences-Po Paris, et Albert BOURGI, professeur d’Université et consultant, étaient censés être à Lomé ce lundi 10 OCTOBRE 2016 pour animer des thématiques du colloque, conformément au programme des travaux publié par le CAP 2015 le 04 Octobre 2016. Mais à l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, on n’a pas encore de leurs nouvelles et tout indique qu’ils ne viendront plus au colloque. Ont-ils cédé devant les espèces sonnantes et trébuchantes du pouvoir UNIR pour faire boycotter ce colloque, le premier de son genre dans notre pays ? Si non, comment peuvent-ils garder le silence jusqu’ici alors que toutes les dispositions ont été prises pour leur voyage et leur séjour à Lomé ? 
En se référant au cas du journaliste Claudy SIAR qui subitement est devenu le publicitaire du pouvoir de Lomé 2, il ne serait pas étonnant de voir qu’Albert BOURGI et Francis KPANTINDE aient eux aussi accepté de monnayer leurs services pour le compte du régime dictatorial de Lomé en posant un gros lapin au CAP 2015. Une déception certes, un coup dur porté au CAP 2015 mais on se demande la mine que feront ces deux farceurs quand sera venu le moment de s’expliquer sur leur acte. Nous sommes-nous trompés en prenant le pari d’échanger et DE partager nos points de vue avec ces hommes qui nous séduisent sur les médias par la lucidité de leurs propos ? En tout état de cause, il faudrait qu’ils sachent que leur présence ou leur absence ne changera rien à la qualité de ce colloque. La lutte populaire est invincible !
PS : La direction de KOACI rappelle qu’un “koacinaute” n’est pas un journaliste de la rédaction de KOACI mais un contributeur inscrit ayant la possibilité de poster sur le site en vue d’une diffusion et ce dans une dynamique de libre expression plurielle.

Koaci.com