INTERVIEW CRD-TOGO DU 09.11.2016 A LA NOUVELLE TRIBUNE

21

Interview CRD-TOGO du 09 Novembre 2016 à LA NOUVELLE TRIBUNE

• Le CRD-TOGO est devenu une ONG internationale avec à sa tête un Conseil d’administration. Le Mouvement KEKELI en est maintenant son bras opérationnel. Quelles sont les raisons de cette réforme ?

Avant toute chose, nous tenons à remercier votre organe d’information « LA NOUVELLE TRIBUNE » pour la présente opportunité qui nous est offerte de faire un tour d’horizon sur nos activités et l’actualité sociopolitique sur les plans national et international.

Effectivement depuis le 17 septembre 2016, le Collectif de Résurgence de la Diaspora (CRD)-TOGO est devenu une ONG internationale de droit suisse avec à sa tête un Conseil d’administration, ceci dans la droite ligne des décisions de l’Assemblée générale extraordinaire du 12 décembre 2015.
Le Mouvement KEKELI (MK) a toujours été le bras opérationnel du CRD-TOGO depuis sa création le 26 août 2013, et n’a pas vu de changement dans son objet même si des remaniements verront jour dans son administration les mois à venir.

Les raisons de cette réforme tiennent à la Vision dont est porteur le CRD-TOGO et qui doit s’adapter aux exigences d’achèvement de cette fin de cycle de l’année transitionnelle 2016.

• Quel bilan peut-on dresser des actions de l’association CRD-MK ?

Le plus grand mérite de notre action citoyenne et politique depuis le 12 juin 2013 reste certainement l’apprentissage aussi bien au niveau groupal qu’individuel de ce que nous sommes et de notre aptitude à courageusement garder le cap de la Vision dont sont porteurs le CRD-TOGO et le MK, avant tout arrimée à la Voie du Coeur ou du Centre.
Sur le registre des apparences, le bilan reste maigre même si la voie est résolument tracée vers l’avènement de l’émergence du Togo « Or de l’Humanité ». A ce titre, nous pouvons relever :

– la tenue des rencontres citoyennes togolaises (Allemagne, Belgique, Togo) de même que de nos universités populaires notamment la première université populaire organisée au Togo dans le cadre de la célébration du 25 eme anniversaire du soulèvement populaire du 05 octobre 1990, initiative reprise après sur le territoire national par certaines associations de la société civile et formation politique

– le lancement le 05 octobre 2014 de la campagne en faveur du Référendum d’initiative populaire (RIP) sur les réformes politiques, constitutionnelles et électorales au Togo avec toutes les démarches officielles entreprises en vue de redonner au Souverain Peuple togolais son pouvoir d’arbitrage politique

– le lobbying diplomatique dans le cadre de la défense des droits de l’Homme et de la démocratie au Togo notamment à la suite des législatives de 2013 et lors de la fuite en exil mi septembre 2014 du Président de l’ASVITTO, le Commandant Olivier Poko Amah

– les actions humanitaires que nous avons financées aussi bien dans la diaspora que sur le territoire national notamment l’adduction d’eau potable dans le village de Damando (préfecture de Bassar) de même que la fourniture de matériels sportif, sanitaire et de médicaments aux populations de Kara, Kabou, Bitchabé et Damando en partenariat avec MADE -TOGO

– la conscientisation citoyenne critique à travers nos publications et notre participation à des émissions visant à enrichir le débat politique et surtout à promouvoir l’éveil des consciences

– le lancement le 27 avril 2016 du premier numéro de notre bulletin d’information « LE CLAIRON ».

• Maintenant que le CRD-TOGO s’est transformée en une ONG internationale, quels sont vos objectifs à court terme ?

Le 27 avril 2016, il vous souvient de la publication du premier numéro de notre organe d’information dénommé « LE CLAIRON » portant sur les grands enjeux géopolitiques et géo-économiques mondiaux avec les perspectives de développement pour le Togo et l’Afrique.

Nos premières années d’expérience nous ont permis de constater que les acteurs sociopolitiques Togolais et Africains maîtrisent mal les enjeux géopolitiques et géo-économiques mondiaux qui déterminent les rapports de force sur l’échiquier politique tant national qu’international, et qu’il faille aider l’opinion publique à mieux les saisir afin d’espérer une meilleure optimisation de nos différents investissements.

Ce constat nous amène à privilégier avant tout un sérieux travail de réflexion stratégique et de communication afin de pouvoir relayer efficacement la Vision du CRD-TOGO et du MK.

• Pouvez-vous nous décliner la vision ainsi que la mission de l’ONG internationale CRD-TOGO ?

LE CRD-TOGO vise avant tout l’éveil d’une conscience citoyenne républicaine dont la finalité serait de mettre sur pied un agenda social véritablement humain doté d’une primauté sur tout agenda politique satisfaisant des intérêts partisans contraires aux Lois de l’Équilibre ou Loi de L’UN.

Le CRD-TOGO s’est donc assigné pour mission de favoriser la réappropriation du champ politique actuel par les citoyens à travers la création d’un nouvel espace d’échanges, d’analyses, de réflexions, de décisions et d’actions politiques publiques susceptibles de susciter efficacement l’émergence d’un nouveau système politique.

A ce titre, le CRD-TOGO vise l’établissement du SIKASEKA, un nouveau paradigme sociopolitique et économique qui intègre les idéaux d’Amour, de Lumière, d’Équilibre, de Joie et de Paix. Il s’agit d’un nouveau système de gouvernance fondamentalement basé sur les principes d’Égalité, d’Unité, d’Équilibre, d’Harmonie et de Service à la Vie. Le SIKASEKA va au-delà de la dialectique “Opposition et Pouvoir” – paradigme à connotation conflictuelle actuellement consacré par le système politique mondial – pour proposer le concept d’”Alternative” qui convoque une gouvernance basée sur une co-construction harmonieuse des affaires de l’Humanité dans le respect de la Vie dans toutes ses dimensions.

• Quelle analyse faites-vous de la situation sociopolitique du Togo ?

Le quotidien des Togolais est le meilleur indicateur de la situation sociopolitique du Togo au delà des apparences trompeuses des statistiques et du marketing politique de l’action du pouvoir de Lomé.
Ce qui se passe dans les ménages, sur nos marchés, dans les écoles, dans nos hôpitaux et au sein de l’administration publique rend compte de la qualité du travail abattu par le pouvoir en place qui reconnaissons le n’est pas amorphe. Malheureusement les faits démontrent que son action est loin d’impacter le quotidien des populations dont il gère arbitrairement les ressources dans le mépris de ses besoins réels.

L’opposition togolaise de son côté semble perdre de vue l’essentiel qui est le bien être des populations, en excellant dans les rivalités stériles au lieu d’agir en toute humilité ensemble et avec subtilité pour amener le pouvoir à répondre aux aspirations légitimes du Peuple togolais.

Tout se passe comme si la gouvernance de la République ne se limite qu’aux seules questions politiques et aux privilèges qui y sont liés. Tous les autres pans de la gouvernance semblent importer peu les acteurs politiques qui font montre au regard des stratégies et tactiques mises en œuvre d’une méconnaissance des enjeux géopolitiques et géo-économiques mondiaux.
Dans ce contexte, il urge que soit sérieusement entrepris un véritable travail pour une prise de conscience individuelle et collective en vue d’une réorganisation politico-sociale indispensable pour un changement de paradigme de la gouvernance dans notre pays.

• Le CRD-TOGO fait de la question des réformes politiques au Togo son cheval de bataille. Vous avez multiplié des initiatives qui n’ont malheureusement pas abouti. Selon vous, qu’est-ce qui explique l’échec de la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles dans notre pays ?

Effectivement le CRD-TOGO et le MK ont initié de multiples actions depuis le 05 octobre 2014 en vue de la tenue des réformes politiques au Togo. Initiatives non abouties à ce jour en raison du refus de coopération au sein de l’opposition togolaise minée par l’absence de vision pour le pays de même que la volonté délibérée de statu quo du pouvoir en place.

Comme l’ont relevé respectivement le 20 juillet et le 04 août 2016 dans différents interviews Maître Angelo AKAKPO, Secrétaire Général du Conseil d’administration (CA) du CRD-TOGO, et Sylvestre APEDO, Vice-président de notre CA, donner une chance à la Commission de réflexion sur les réformes au lendemain de l’atelier de juillet dernier du HCRRUN paraissait la meilleure option politique du moment. Toutefois face au constat du statu quo près de quatre mois après la remise des conclusions dudit atelier au Chef de l’État togolais, il nous semble venu le moment d’activer les leviers idoines pour faire bouger autrement les lignes sur cette épineuse question des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales au Togo.

• Que proposez-vous de nouveau pour résoudre l’équation des réformes politiques ?

Prochainement le CRD-TOGO et le MK vont saisir de nouveau les partis parlementaires aussi bien qu’extra-parlementaires de même que certains acteurs de la société civile sur cette épineuse question afin que ne soit privilégié seulement et rien que seulement l’intérêt supérieur de la Nation.
Il nous semble parallèlement à l’initiative de comitologie du Chef de l’État, qu’il faille tout de même faire voter par le parlement la loi organique d’opérationnalisation du 4.3 à même de permettre l’exercice du droit constitutionnel qu’est le référendum d’initiative populaire (RIP). Certainement qu’il s’agira depuis 2005 de la plus grande victoire politique pour toute la Nation, avec la démocratie directe au cœur de l’action politique en vue de l’arbitrage du Souverain Peuple togolais sur les grandes questions d’intérêt national.

• Le CRD-TOGO, une ONG internationale, membre de la société civile, mais qui nourrit un grand intérêt pour les questions politiques au Togo. Qu’est-ce qui fait votre force et quelle est la finalité de vos actions ?

Très humblement le CRD-TOGO est avant tout autonome et mû par l’idéal de Service et l’alignement sur La LOI DE L’UN. Par ailleurs loin de dissocier le spirituel de l’action politique, le CRD-TOGO l’intègre comme son déterminisme et fait de l’expertise et la réflexion stratégique le soubassement de son action. Au surplus, le CRD-TOGO par le truchement du MK dispose sur le territoire national d’un partenaire indépendant établi et officiellement reconnu au sein de la société civile pour implémenter sa Vision dont la matérialisation nécessite sans nul doute la mobilisation de toutes les bonnes volontés soucieuses d’un Vivre ensemble Prospère et Harmonieux au Togo.

Notre engagement politique a pour finalité l’éveil des consciences pour une meilleure contribution individuelle et collective en vue de l’accomplissement de la tâche mission du Togo à savoir l’ « Or de l’Humanité ».

L’or qui en réalité représente la Lumière Liquide Condensée qui vient de Dieu, La Source Père-Mère, et rappelle notre lignée de Lumière en tant que Fils et Filles du Christ, du Dieu Créateur, Source Père-Mère, et notre mission de promouvoir le SIKASEKA, le Système de gouvernance qui fait Un avec la Création, Un avec tous les royaumes unis en conscience, dans l’Unicité.

• Le Togo vient d’abriter le Sommet de l’UA sur la sécurité et la sûreté maritimes en Afrique. Quelle appréciation faites-vous des conclusions de cette rencontre internationale ?

Tout d’abord nous saluons nonobstant nos réserves le Gouvernement togolais pour cette initiative qui n’est qu’une pâle préfiguration de l’exigence de mobilisation et de rassemblement sincères des ressources de toute l’Afrique en cette phase de réveil planétaire.
Les enjeux de l’heure font que la Charte de Lomé au delà de son intérêt semble secondaire à voir les priorités nationales, sous régionales et continentales.

Aucune mascarade ne peut longuement prospérer en ces temps de réveil planétaire où l’Afrique doit faire sienne l’intelligence stratégique et s’affranchir de quelque force prédatrice que ce soit dans quelque domaine que ce soit de son développement.

• Un mot sur la crise au Comité d’Action pour le Renouveau ?

Toute structure humaine d’un point de vue managérial est porteuse de crise et toujours perfectible.

Le CRD-TOGO et le MK sur la base de leur propre expérience existentielle ne peuvent qu’exhorter le CAR à faire prévaloir le respect des textes tout en privilégiant la voie du Cœur ou du Centre dans le dénouement de la crise. Tout de même cette crise illustre la récurrente répétition de l’histoire dans la politique togolaise, et semble indiquer la difficulté qu’éprouve la classe politique à privilégier la Voie du Centre comme ce fut déjà le cas en 2010 à l’UFC et en 2002 au RPT. N’est ce pas un révélateur de plus d’une des grandes leçons collectives à assimiler dans notre pays ?

Au final, seul compte finalement ce que l’on est dans sa vérité et ce que l’on a su donner aux autres !

• Votre appréciation sur les derniers développements de l’actualité politique au niveau international ?

Avouons que le sujet est vaste et souffrez que nous puissions le circonscrire juste à certains sujets impactant sensiblement les relations internationales.
La situation économique mondiale désastreuse grevée du risque majeur d’effondrement du système financier international encore arrimé au dollar US nonobstant l’effectivité des droits de tirages spéciaux (DTS) depuis le 01er octobre 2016 semble être occultée actuellement par la présidentielle américaine. Jamais une présidentielle américaine n’a été aussi déconcertante que déroutante avec ses multiples rebondissements dont la réouverture le 28 octobre par le FBI suivie de la clôture le 06 novembre 2016 de l’enquête sur les emails « Huma-gate » de la candidate démocrate favorie, Hillary Clinton apparemment soutenue par Wall Street, le complexe militaro- industriel et l’État profond US, l’inversion après coup des sondages en faveur du candidat populiste républicain, jésuite et non moins élitiste, Donald Trump ; et les fuites massives sur les pratiques satanistes et pédophiles du clan Clinton et affidés qui plongent au cœur des bas fonds des USA. Tout ceci occulte le tableau cauchemardesque du système financier international et illustre la déconfiture de la démocratie américaine mettant à nu l’imposture, l’escroquerie, la corruption, l’immoralité et les turpitudes d’un empire autoproclamé « empire du bien » qui a tenu d’une subtile main de fer la planète Terre plus d’un siècle durant comme son arrière cour.
Les populations américaines et le monde avec se réveillent peu à peu face à l’emprise de la mafia du crime organisé des illuminati et affidés sur la gouvernance mondiale avec la destruction sous tous les cieux des peuples et de leurs biens.

Quelle que soit l’issue de la présidentielle américaine dont il n’y a rien à espérer sinon le moment de vérité vers l’inexorable fin du système dictatorial le plus subtil qu’ait connu l’Humanité, le libéralisme « Grand Capital » et son pendant politique sous l’hégémon américain (anglo-sioniste).

L’autre sujet d’importance c’est la guerre hybride multinationale contre le terrorisme en Syrie et en Irak avec notamment les batailles de Mossoul et d’Alep où s’affrontent d’un côté les terroristes aujourd’hui identifiés comme « forces par procuration » de l’OTAN, et de l’autre la coalition occidentale sous la direction des USA et celle du bloc eurasiatique conduite par la Russie aux côtés de la Syrie, l’Iran, le Hezbollah. la Chine et prochainement l’Egypte. Ce champ de bataille aux enjeux stratégiques multiples rend aussi clairement compte de la fin de l’unipolarité dans les relations internationales avec l’hégémon anglo-sioniste. En témoigne la rupture le 3 octobre 2016 par la Russie de sa participation à l’accord bilatéral russo-américain sur le plutonium et ses conditionnalités pour sa reprise de même que la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne russe en Syrie limitant de fait certaines velléités militaires de l’OTAN et de la coalition occidentale !
Au moment où l’Europe s’enfonce chaque jour un peu plus dans sa crise politique, identitaire et économique à la traîne des USA, en Asie du nord est, prévaut actuellement la révolution sud coréenne aux relents géostratégiques tandis qu’en Asie du sud est, est mise en perspective la « démarcation » des Philippines de Rodrigo Duterte de son allié traditionnel USA, indiquant une fois de plus l’ampleur du remodelage des rapports de force sur la scène internationale.

Sur le continent africain, on peut relever de petits pas de rupture avec la percée ces derniers mois de la diplomatie russe en Algérie, en Egypte et au Mali à la suite de la tragique expérience libyenne avec l’OTAN et face à l’inefficacité de la lutte anti terroriste dans le nord du Mali, la résurgence de la problématique du FCFA avec la mise en perspective de l’article du 15 mars 2015 du journal allemand Deutsche Wirschafts Nachichten (DWN). Dans ledit article intitulé « La France ne peut tenir son statut que par l’exploitation de ses anciennes colonies africaines – Article originel : Frankreich kann seinen Status nur mit Ausbeutung der ehemaligen Kolonien halten », il est relevé le pillage annuel de 440 milliards d’euros en taxes prélevées sur les réserves de 14 pays d’Afrique, anciennes colonies françaises dont le Togo. Ce qui appelle plus que jamais à l’ouverture d’un débat citoyen et parlementaire sur l’opportunité actuelle de dépôt des 85% des devises des pays de la Zone Franc auprès de la Banque de France.
Le CRD-TOGO et le MK avaient déjà le 27 avril 2016 dans le premier numéro de « LE CLAIRON » fait des recommandations dans le sens d’une redéfinition de l’agenda programmatique notamment sur les plans diplomatique, économique et monétaire aussi bien que médical, agricole, éducatif, culturel, spirituel et scientifique, des pays d’Afrique et particulièrement du Togo.

A l’instar de la Vie, la politique est un jeu d’art qui commande qu’en cette fin de cycle de l’année transitionnelle 2016, les gouvernements d’Afrique saisissent les enjeux de cette phase de réveil planétaire pour qu’en lieu et place d’un sommet Israël-Afrique, le Togo prenne courageusement l’initiative d’un sommet extraordinaire de la CEDEAO relativement aux voies et moyens de succès de l’Agenda 2020 de notre Organisation sous régionale. L’effectivité de la mise en circulation en 2020 de l’Eco, la monnaie unique de la CEDEAO devant être adossée exclusivement à l’or est un impératif catégorique et un des enjeux stratégiques par excellence pour l’avenir de la sous région et le développement de l’Afrique.

Pendant que la planète Terre poursuit son propre nettoyage et Ascension marqués par une importante activité énergétique et sismique, au lieu de persister dans l’ignorance et l’absence de vision stratégique, la société civile et les acteurs politiques africains et plus particulièrement du Togo se doivent de se surpasser pour faire sauter les barrières du cercle vicieux de la prédation et de l’assujettissement de nos peuples. Ils doivent donc arpenter courageusement les chemins de maturité et de sagesse qui seuls peuvent nous conduire au développement harmonieux de notre continent. Il n’y a pas d’échappatoire possible à cela et c’est maintenant plus que jamais que s’impose l’Agenda stratégique de l’Afrique (ASA) et une diplomatie vertueuse et visionnaire de non alignement soucieuse avant tout de l’intérêt supérieur des peuples d’Afrique !

La nuit a semblé longue des éons durant, mais voici enfin arrivée l’aube nouvelle tant attendue par l’Humanité tout entière et les Royaumes de Lumière afin que triomphent sur la planète Terre seulement et rien que seulement de tous ses éclats l’Amour et l’idéal de Service !
Amour-Joie-Accomplissement pour tous les Hommes et Gaïa, notre Terre Mère !

Dr Edem Atsou Kwasi

icilome.com