Église et pédophilie, une affaire africaine : Marcel Courteau, un ancien missionnaire québécois, admet avoir agressé des enfants au Sénégal, à Madagascar et au Togo…

178

Déjà mortifiée par un scandale de pédophilie au sein d’un collège de Granby, la congrégation des Frères du Sacré-Coeur fait face à de nouvelles allégations de sévices sexuels infligés à des enfants. Cette fois, les victimes se trouvent à l’autre bout du monde et n’ont que très peu de moyens d’obtenir justice.

Pendant 20 ans, le missionnaire québécois Marcel Courteau aurait agressé sexuellement des enfants dont il avait la charge à Madagascar, au Sénégal et au Togo, selon une enquête-choc de la chaîne d’informations en continu France24.

Le frère Courteau admet les faits au journaliste français qui lui a rendu visite, muni d’une caméra cachée, dans sa maison de retraite à Sherbrooke. « Je reconnais et j’ai beaucoup de remords. Je regrette beaucoup certaines choses. Je ne pensais pas que cela irait si loin que cela », confie le religieux âgé de 92 ans.

Au Sénégal, une équipe de France24 a recueilli le témoignage de Souleymane (nom fictif), un ancien élève du Collège Pie XII, établi dans la ville de Kaolack. Le frère Courteau y a enseigné le français pendant 15 ans, à partir de 1972. Il convoquait certains élèves à des cours particuliers d’éducation sexuelle.

« Il a abusé de moi, il a détruit mon enfance, il a détruit ma vie d’adulte », s’indigne Souleymane. Le Sénégalais affirme que Marcel Courteau le masturbait sous prétexte de « développer (son) organe sexuel », et lui demandait de le masturber par la suite. Les attouchements auraient commencé quand Souleymane avait 12 ans et se seraient poursuivis pendant trois ans.

Souleymane a longtemps vécu avec son lourd secret. En 2010, il a trouvé la force de dénoncer son agresseur à un frère du Sacré-Coeur établi à Dakar. Mais les démarches ont tourné court : un avocat lui a expliqué qu’au Sénégal, il y avait prescription en matière criminelle.

Trop d’années avaient passé ; Souleymane n’avait plus de recours pour intenter une poursuite dans son pays.

La loi de l’Église catholique est toutefois différente. Dans une entrevue au journal La Croix, en mai, le pape François a déclaré que « pour l’Église, en ce domaine, il ne peut y avoir de prescription. Par ces abus, un prêtre qui a vocation de conduire vers Dieu un enfant le détruit. Il dissémine le mal, le ressentiment, la douleur. Comme avait dit Benoît XVI, la tolérance doit être de zéro ».

Cette ligne dure ne semble pas avoir été suivie dans le cas de Marcel Courteau. Dans le reportage, le frère de Dakar confie avoir prévenu ses supérieurs au Canada dès 2010. Or, la congrégation n’a rien fait. Le frère Courteau lui-même n’a jamais été mis au courant de la plainte de Souleymane. « Personne ne m’a parlé de cela. Vous êtes le premier à m’en parler », assure-t-il à France24.

La congrégation aurait tenté de camoufler l’affaire. En 2010, sous prétexte que frère Courteau était mourant, le religieux de Dakar aurait conseillé à Souleymane d’oublier ces agressions. « Il voulait vraiment me décourager. »

D’autres victimes ?

Filmé à son insu, mais sachant qu’il s’adresse à un journaliste, Marcel Courteau admet avoir perpétré des attouchements sur des enfants, non seulement au Sénégal, mais aussi à Madagascar et au Togo. Il tente aussi de se justifier. « D’abord, c’étaient tous des gens volontaires qui venaient me rencontrer. Je n’ai pas forcé personne », souligne le frère.

Un représentant de la congrégation des Frères du Sacré-Coeur nous a référés à son avocat, Yanick Messier, qui n’a lui-même pas donné suite à notre demande d’interview.

Souleymane songe à porter l’affaire devant les tribunaux canadiens. Mais la route pour obtenir justice s’annonce difficile. Contrairement au Sénégal, il n’y a aucun délai de prescription en matière criminelle au Canada. Toutefois, le crime doit être commis en territoire canadien, rappelle l’avocat criminaliste Jean-Pierre Rancourt. « Il n’a pas le choix de poursuivre dans son propre pays. »

En matière civile, le Québec est l’une des seules provinces du Canada à continuer d’imposer un délai de prescription dans les cas d’agressions sexuelles – une « injustice » contre laquelle se battent depuis longtemps les victimes de prêtres pédophiles.

Mais le Sénégalais persiste. « Je ne peux pas lâcher l’affaire, parce que c’est une question de morale », dit-il à France24. Il veut que Marcel Courteau paie pour ses crimes, « parce que c’est un criminel ».

Des milliers de missionnaires québécois ont oeuvré auprès d’enfants vulnérables dans les pays du tiers-monde au cours des dernières décennies. Or, certains d’entre eux avaient agressé des enfants au Québec avant d’être envoyés à l’étranger.

« Trop longtemps, l’Église catholique a joué le rôle d’agence de voyage pour ses prêtres prédateurs d’enfants, s’insurge Carlo Tarini, du Comité des victimes de prêtres. Trop souvent, avec la complicité des évêques, on a déplacé sournoisement les pédophiles au Québec d’une paroisse à l’autre et même d’un pays à l’autre lorsque l’odeur de souffre était trop forte. »

Il s’agit d’un autre coup dur pour les Frères du Sacré-Coeur, confrontés au plus récent scandale de pédophilie au Québec. Le 7 octobre, un ancien élève du Collège Mont-Sacré-Coeur de Granby, disant avoir été violé 300 fois par le frère Claude Lebeau, a déposé une requête en recours collectif contre la congrégation. Selon cet homme, aujourd’hui quinquagénaire, le frère Lebeau, gardien de dortoir, obligeait les enfants à se mettre en file devant sa chambre pour les agresser.

Depuis la médiatisation de l’affaire, une quarantaine de présumées victimes se sont manifestées. Pas moins de 11 religieux sont désormais visés par des allégations. Selon l’avocat responsable du recours collectif, Robert Kugler, cela prouve que la congrégation était au courant des actes pédophiles de ses membres – et a préféré fermer les yeux.

Source : La Presse + La Voix de l’Est + France 24

 

27Avril.com