Gerry Taama : ‘j’ai sacrifié une bonne carrière pour retrouver ma liberté’

160

A l’orée de la rentrée des classes, Gerry Komandega Taama a une pensée pour les jeunes désorientés, dubitatifs sur l’avenir. A cette couche vulnérable, Gerry trouve un seul remède : le travail.

“L’argent est l’autre nom de la liberté, et le travail est l’autre nom de l’argent” dixit Gerry Taama. Ne pas attendre la fin des études pour travailler, c’est bien le conseil du président du Nouvel Engagement Togolais à l’égard de la jeunesse dont il ne peut lui-même se soustraire.

D’ailleurs, l’exemple le plus illustratif dans cette sortie ne sera que celui de son parcours à lui : « Étudiant, j’ai travaillé à nettoyer des entrepôts au port, ensuite j’ai vendu des mobylettes au campus, pour finir zedman (Ndlr- conducteur de taxi moto) avant de partir à saint-cyr.
Revenu dans l’armée togolaise, j’ai sacrifié une bonne carrière pour retrouver ma liberté », Relate le nouveau visage de l’agrobusiness au Togo.

Mais il faut le reconnaître, Des jeunes togolais motivés comme cet ancien officier, il y en a plein les rues. Un tour au TP3 (centre commercial du au port autonome de Lomé), à Dékon et dans bien d’autres artères de la capitale, révèle à quel point la jeunesse togolaise se bat. Bien sûr, il y en a qui font exception et dorment sur leur lauriers.

La rudesse du climat socio-économique est telle que, parfois, les jeunes sont réprimés dans leur maigres initiatives, car touchant aux intérêts des grandes entreprises. Comme le dirait l’autre, même l’OTR serait une nouvelle astuce des plus forts pour piétiner les plus faibles.

Mais la liberté a un prix, selon Gerry Taama, et il ne faut guère se laisser duper par les rumeurs partisanes du gain facile : « Jeune, quand tu penses à l’argent, tes yeux doivent voir le travail. Et tu seras libre. Tu pourras même mal parler de Faure partout où tu vas, pourvu que ce soit toi qui paie tes factures », conseille Gerry Taama.

D’ailleurs, c’est l’occasion rêvée d’envoyer un message voilé à ses détracteurs politiques. « Ceux qui n’ont jamais rien essayé dans leur vie diront: de toutes les façons, on sait que c’est est Faure qui donne de l’argent à Gerry Taama. Écoutes c’est gens en souriant. L’argent, je le gagne en faisant agbantey (Ndllr, porte-faits). Et toi, qui reprends tes études ce matin, sache que la chance sourit aux audacieux. Toujours », enseigne-t-il.

Avis donc aux élèves qui traînent encore les pas. Ne dit-on d’ailleurs pas que l’examen se prépare dès le premier jour de la rentrée?

A.L

icilome.com