FNFI : 2 ans après, le bilan

15

Le Fonds National de Finance Inclusive (FNFI) officiellement lancé janvier 2014 par le gouvernement pour atténuer la précarité au Togo, tend vers sa troisième année d’opérationnalisation. En conférence de presse ce mercredi à Lomé, les responsables de cette institution financière nationale ont dressé un bilan plus ou moins positif des activités de l’institution après ses 2 à 3 ans d’exercice.

Deux ans après sa création, le Fond National de Finance Inclusive demeure la seule institution financière de l’Etat togolais qui tente de répondre à l’épineuse question de l’exclusion financière au Togo à travers ses produits traditionnels APSEF (Accès des Pauvres aux Services Financiers), AGRISEF (Accès des Agriculteurs aux Services Financiers) et AJSEF (Accès des Jeunes aux Services Financiers).

Ainsi depuis début 2014 à fin 2016, l’ensemble de ces 3 produits APSEF, AGRISEF et AJSEF, ont permis de toucher près de 700 000 bénéficiaires. Des résultats probants qui permettent aux responsables de ce programme de pousser un ouf de soulage.

« Le FNFI est dans le processus de poursuite de consolidation financière. En terme de chiffre pour les nouvelles personnes touchées avec les trois produits, nous avons noté en fin octobre près de 700 000 bénéficiaires. Le nombre de renouvellement de crédit, lui, s’élève à plus de 400 000. En terme de ressource mise à la disposition des institutions de micro-fiances, les partenaires qui font le crédit sur le terrain, le fonds s’élève à plus 25 milliards de FCFA. Le résultat démontre pour l’heure que le FNFI se porte bien », a indiqué Yves GNABA, le PDG du FNFI.

Selon lui, le seul problème demeure le remboursement des crédits par les bénéficiaires, surtout ceux du AGRISEF et du AJSEF.

« Si nous prenons le premier produit APSEF, il est remboursé relativement bien à la fin de la première année et nous avons noté un taux de remboursement de 90%. Et il y a des zones où nous avons noté de belle performance, notamment la région des Savanes. Mais en 2015, le taux a été relativement plus bas à cause de l’introduction de deux produits AGRISEF et AJSEF », a-t-il signalé.

Pour Yves GNABA, ces irrégularités de remboursement seraient dues à la mauvaise foi des « emprunteurs » qui visiblement prennent les crédits de FNFI comme « des dons du gouvernement togolais ».

Selon les responsables de FNFI, des mesures idoines sont déjà mises en route pour corriger ces problèmes de retard de paiement.

Précisons que dans les années à venir, les responsables de FNFI promettent d’aller plus dans le concept d’inclusion financière. Notamment l’épargne, l’éducation financière, ceci pour amener toutes les couches de la population, chacune en ce qui la concerne, à avoir la réponse à ses besoins.

Et ce n’est pas tout, un produit spécial sera également mis en œuvre dans le cadre du projet d’appui à l’inclusion financière des femmes vulnérables. Financé par la BAD, ce projet sera au profit des femmes portefaix, les femmes handicapés, les femmes guéries de fistules obstétricales et les femmes veuves.

Notons que le FNFI est crée par décret N° 2013-080/PR du 03 décembre 2013. De 2014 à ce jour, il a reçu un montant de 27, 390 milliards de FCFA dont 17,5 milliards provenant directement du Trésor Public et 9,890 Milliards provenant de la BOAD.

KG.

icilome.com