Erosion côtière : Un rapport d’enquête épingle la SFI et LCT

107

Le Bureau du Conseiller-médiateur pour l’application des directives ‘’Compliance advisor ombudsman’’ (CAO) a fait une enquête sur l’investissement dans la construction de Lomé container terminal (LCT). Le résultat est un camouflet pour la Société financière internationale.

En mars 2015, un collectif des habitants de l’est du Port de Lomé porte plainte devant la CAO. Ces riverains pointent du doigt l’érosion côtière dont ils sont victimes et qui est due, selon eux, à la construction de Lomé container terminal.

Le CAO, un mécanisme de recours et de responsabilisation indépendante dans l’amélioration des performances environnementale et sociale de la société financière internationale, a fait une enquête et publié son rapport.

Le rapport note une liste de non-conformités dans les processus d’instruction et de supervision du projet LCT par la SFI, notamment dans l’identification et la gestion des risques et impacts potentiels du projet sur l’érosion côtière, etc.

« La SFI n’a pas pris en compte les « impacts historiques, sociaux ou environnementaux importants » associés au projet », notent les experts.

Ce résultat est un camouflet pour la Société financière internationale et Lomé container terminal et vient conforter les plaignants dans leur requête.

A.H.

icilome.com