Emmanuel Adébayor, une belle carrière finalement en pointillés !

56

L’un des joueurs talentueux de sa génération, le capitaine des Eperviers, Emmanuel Adébayor, a joué dans les plus grands clubs européens, connu la gloire. En dépit de son parcours, sa fin de carrière est plus compliquée que lui-même ne l’aurait imaginée.

Le dossard 4 des Eperviers évoluait encore au Sporting Club de Nyékonakpoé à Lomé quand les attaquants comme Raoul, Fernando Morientes et consorts étaient au sommet de leur carrière. Grâce à ses efforts et à sa détermination, il a pu trouver d’abord une place à Metz avant de signer à Monaco en 2003 où il fait deux saisons et demi. Autrement dit, il a réussi à jouer aux côtés de ces stars qu’il regardait à la télévision.

Un parcours impressionnant !

Il quitte la Ligue 1 pour l’Angleterre en janvier 2006. C’était sous les ordres d’Arsène Wenger qu’Emmanuel Adébayor se révèle au monde entier comme l’un des meilleurs buteurs. Comme le témoigne le 7 avril 2009 en Ligue des champions. Alors que Villarreal mene 1-0, il marque un but exceptionnel. En effet, sur un long centre de Cesc Fàbregas, il contrôle de la poitrine et enchaîne un retourné acrobatique.

Emmanuel Adébayor quitte Arsenal pour Manchester City en juillet 2009. Il signe un contrat de cinq ans avec un salaire mensuel de 700.000 euros. En janvier 2011, il rejoint le prestigieux Real Maadrid d’un certain José Mourinho. Six mois après, il pose ses valises à Tottenham Hotspur. Il fait également six mois à Crystal Palace.

Ce détour en arrière pour montrer qu’en réalité, Emmanuel Adébayor un grand joueur. Il n’est pas donné à n’importe quel joueur surtout africain d’avoir le parcours qui est le sien. Seul bémol, son palmarès (Ballon d’or africain en 2008 et une Coupe du Roi d’Espagne en 2011) n’est pas à l’image de son talent.

Le déclin

Seulement à 32 ans, l’un des grands artisans de la qualification historique du Togo à la Coupe du monde 2006 en Allemagne, cherche désespérément un nouveau point d’attache aujourd’hui. Il a été humilié à Lyon par le coach Bruno Génésio. En effet, le club de Jean-Michel Aulas le fait venir et le laisse ensuite repartir sans signer de contrat.

Les pistes avancées par les médias se sont ensuite refroidies les unes après les autres. De sorte qu’aujourd’hui, beaucoup doutent de la capacité physique du joueur à répondre présent lors de la CAN Gabon 2017. Quand on sait que le Togo est logé dans la poule C qu’il partage avec la Côte d’Ivoire, le Maroc et la RDC.

Claude Le Roy, sélectionneur national, conscient de ce qui arrive à l’attaquant vedette des Eperviers lui propose de signer dans un club local et de prendre part au Tournoi de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) qu’abrite Lomé du 26 novembre au 3 décembre 2016. Objectif, qu’il soit en forme physiquement avant la phase finale de la compétition panafricaine prévue du 14 janvier au 5 février 2017 en terre gabonaise. Une humiliation de plus ou une proposition de bons sens ?

Toujours est-il que celui qui a poussé l’outrecuidance jusqu’à dire que lui Adébayor, personne ne lui manque de respect, a sa carrière en pointillés.

A.H.

icilome.com