Dans le Golfe, les Togolaises sont des esclaves

27

Les traitements dégradants et inhumains généralement réservés aux jeunes filles togolaises à la quête du mieux-être dans les pays du Golfe ont inspiré la radio Deutsche Welle qui y consacre un article sur son site.

Le titre du papier, « Dans les pays du Golfe, les esclaves sont togolaises », est révélateur de la nature du drame que vivent les jeunes filles dans ces pays.

A la recherche d’un avenir meilleur que celui qu’elles ont chez elles, ces jeunes dames « grâce à un réseau mis en place par des passeurs et intermédiaires,…. se rendent au Liban, au Koweït, au Qatar, en Irak où elles sont exploitées et traitées comme des esclaves », écrit le confrère sur son site.

« Quand vous y allez, vous ne trouverez pas ce qu’on vous a promis. Et vous ne serez que découragées. Quand j’étais au Liban, j’avais eu beaucoup de difficultés, mais j’ai pu supporter. Mais quand je me suis rendue par la suite au Koweït, c’était devenu insupportable. Nous étions traitées comme des esclaves. Les noires ne sont pas considérées », témoigne Essi, rapatriée au bercail.

Dans l’article, l’auteur insiste sur les actions salvatrices du Pasteur Edoh Komi, président du Mouvement Martin Luther King (MMLK) et estime que « le gouvernement se réveille » et appelle les Togolaises à la prudence.

Les mésaventures des jeunes filles dans les pays du Golfe sont réelles. Malgré les alertes des uns et les témoignages émouvants des autres, des candidates croient toujours qu’un bel avenir ne peut que se dessiner dans ces pays.

A.H.

icilome.com