« Dadjè » Marcel, c’est Naka ou bien le boulot ?

34

Le siège de la Commission de la CEDEAO est-il ramené à Lomé ou comment ? Les gens doivent être étonnés d’être surpris de cette question. Certains doivent même se demander si on est fou dans la tête ; parce que depuis « hoho » longtemps, c’est Abuja qui a confisqué ce siège. Mais c’est son occupant-là qui nous mélange comme ça.

« Dadjè » Marcel, c’est Naka ou bien le boulot ?

« Amédaho » (Monsieur) Marcel ( de Souza) qui vient remercier « Woabé » pour sa nomination en mars 2016 à la tête de cet organe,  revient deux ou trois semaines après en visite de travail à Lomé et est reçu en audience par le Prince, refait le chemin de notre capital town à peine quelques jours plus tard pour congratuler notre « prégodent » d’avoir mené telle ou telle autre action…Qu’est-ce qui se passe au juste ? Le gars était encore dans nos murs la semaine passée. Mais, lui, il ne connaît que le Togo ou comment ? On a presqu’envie de crier : « Amédaho Marcel, otchimi looooooo » (Monsieur Marcel, on t’a assez vu !).

Il nous arrive de soupçonner que quelqu’un convoite son poste et est en train de lui faire le « gbass » (gris-gris) qu’on appelle en Mina facile « hounlahoé », ce sortilège qui pousse sa victime à fuir constamment le bercail, sa propre maison ou un endroit où elle est censée être. Mais en y pensant à tête reposée, on comprend de mieux en mieux.

Il y a longtemps qu’on a quitté le stade de nourrisson et cessé de téter – en fait, c’est relatif ; mon voisin avoue que de temps en temps, il fait un exercice de rappel pour vérifier s’il a encore gardé toutes ses aptitudes de l’enfance -, et on n’aime pas que l’on nous présente de la goyave comme étant  du citron. Marcel lui-même n’a qu’à nous dire la vérité. Est-ce vraiment à cause du boulot qu’il vient souvent à Lomé comme ça ou bien c’est pour autre chose ?

Pour ceux qui oublient vite, on rappelle juste que le gars a trouvé une fleur dans la famille aryenne du « Gnassingbéland » et l’a cueillie. Son nom, Naka. C’est donc un gendre de « Woabé » et certains  « kpakpato » (ragots) racontent que c’est plutôt pour prendre de la chaleur – hum…- qu’il est aussi  régulier dans nos murs. Mais diantre quel est ce gendre qui, matin, midi, soir, pendant la mousson, lors de l’harmattan, sous la pluie, sous le soleil, est tout le temps chez son beau ?

Source : Liberté

27Avril.com