Crise au CAR : Le camp Apévon en conclave à Hahotoé

57

Les choses se précisent dans la crise qui secoue depuis près de 10 mois le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR, opposition). A quelques jours de la fin de son second mandat à la tête de cette formation politique, l’actuel président du CAR s’est retrouvé samedi avec ses soutiens pour réfléchir sur la conduite à tenir d’ici le 17 octobre à minuit.
 
Selon les informations parvenues à la rédaction de l’Agence de presse Afreepress, la rencontre s’est essentiellement appesantie sur la stratégie à mettre en place pour informer officiellement l’opinion de la création d’une nouvelle formation politique. Il aurait été convenu de laisser le mandat du président du CAR aller au-delà du délai légal afin de pousser le camp de ses détracteurs à la réaction. Les amis de Me Apévon voudraient se saisir de cela pour justifier leur départ de ce parti.
 
A.Y.
source : afreepress
 
 
 
A lire aussi
 
Rien ne va plus entre Me Paul Dodji Apévon et Jean-Pierre Fabre
 
Me Paul Dodji Apévon entend jouir de son mandat à la tête du Comité d’Action pour le Renouveau jusqu’à la dernière seconde du temps qui lui est imparti. Ayant un bail qui court jusqu’au 17 octobre prochain à minuit, le natif de Vogan ne se presse guère pour vider le plancher comme le voudraient les présidents fédéraux de son parti.
 
La démocratie étant aussi fondée sur le respect des délais légaux, les présidents fédéraux du CAR semblent prendre leur mal en patience et attendent le sifflet final marquant la fin du mandat de l’avocat à la tête de leur parti pour sortir de l’ombre et « prendre leurs responsabilités », comme ils avaient eux-mêmes promis.
 
Pendant ce temps, apprend-on de plusieurs sources, un travail des plus «cyniques» et «vicieux» est en train d’être fait pour couler ce parti. Selon ces informations, pour mettre en place le CAR-D, son prochain parti, Me Apévon n’hésiterait pas à aller puiser dans le stock de militants de la formation dont il préside actuellement aux destinées.
 
Des listes des militants du CAR sont dressées par des émissaires envoyés dans tous les coins du pays. Des réunions ordinaires du CAR sont organisées et des listes dressées. Mais dans l’ignorance totale des participants, ces listes sont versées au registre du CAR-D pour faire office de base de données des militants de la nouvelle formation politique que l’avocat compte ériger sur les cendres du CAR originel.
 
Ceci rentre dans la droite ligne de sa promesse de ne rien laisser à ses anciens amis du CAR avant de les quitter. C’est la stratégie qui est en tout cas mise en œuvre par les éminences grises de la galaxie Apévon.
 
Il nous revient même que ceux-ci font aussi recours à des anciennes listes de militants du CAR en leur possession. Me Apévon et ses amis veulent prouver coûte que coûte aux yeux de l’opinion nationale qu’ils sont soutenus par l’écrasante majorité des militants du CAR et avec chiffres à l’appui, ils veulent démontrer qu’avec leur départ, le CAR est devenu une coquille vide.
 
« Sur ces listes, ils recrutent tout le monde, des anciens militants du CAR qui sont actuellement militants dans d’autres partis politiques, aux gens qui n’ont aucun lien avec le parti. Ils se livrent à une véritable course au débauchage et à la supercherie», rapporte un militant.
 
Pendant ce temps, Me Apévon est en train de perdre certains soutiens à son projet. C’est le cas de Jean-Pierre Fabre, l’un des artisans de la crise artérielle qui secoue le CAR depuis plus de 9 mois.
 
Jean-Pierre Fabre jusque-ici soutien inconditionnel de l’avocat dans sa fronde contre son mentor Me Agboyigbo, n’est pas du tout content des prises de position de son ami. Au départ il était question de le positionner en tête de liste du CAP2015 aux prochaines élections législatives dans la circonscription électorale de Vo (puisqu’il a été convenu que CAR-D ferait son entrée au CAP2015 quelques mois après sa création). Mais il s’agit là d’un schéma qui risque fort d’évoluer.
 
Selon les informations en notre possession, les premiers responsables de l’ANC seraient très furieux contre leur ami Apévon parce que celui-ci vient de donner son accord de principe pour prendre part au prochain sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritime en tant qu’invité alors que son ami, Jean-Pierre Fabre a une autre approche de la rencontre.
 
Si la participation de Me Paul Dodji Apévon aux dernières consultations du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) a été oubliée malgré le mécontentement de l’ANC, la prochaine trahison risque de coûter très cher à l’actuel président du CAR.
 
(Source : Hara Kiri N° 0044 du jeudi 29 octobre 2016)
 

TogoActualité.com