Ce que le sommet sur la sécurité maritime révèle à l’opinion

46

Outre le côté diplomatique, le sommet de Lomé a été révélateur de deux aspects principaux : Lomé est vraiment belle quand on veut vraiment en prendre soin, et aussi, ministres et PDG de sociétés peuvent travailler pour le développement de ce pays.

Un mois avant la semaine décisive, les populations de la capitale ont bien pu assister à un remous dans la finalisation et l’entretien de certaines infrastructures. Ce qu’on mettait une année pour réaliser autrefois, a été fait en une semaine. Comme le curage express des caniveaux, la décoration grandeur nature des grandes artères de la capitale et l’instauration de quelques espaces verts.

Lomé a changé de visage en un temps record. Fréquemment, certains riverains de ces endroits ornés en étaient venus à s’interroger : « C’est ici qui est comme ça », pour rester fidèle aux termes des étonnés de la splendeur de la capitale.

Comme quoi, nous n’avons rien à envier à l’occident si nous prenons soin de notre coin. Mais la grande crainte, c’est de voir tout rechuté par manque d’entretien. Si ce n’est pas la négligence des autorités municipales, ce sera peut-être la mauvaise foi d’un citoyen incongru qui jettera sa poubelle en plein cœur des rues nettoyées à la perfection, ou des dealers qui s’empareront de tel ou tel autre instrument décoratifs.

Si les Togolais ont fait preuve d’une certaine discipline, de la bonne tenue devant cette horde militaire déployés en ville, ce n’est pas évident que le naturel de certains apatrides ne reviendra pas au galop, avec des violations à outrance de feu tricolores, des insultes à tort en pleine circulation et d’autres dérives qui émaillent les rues à longueur de journées.

L’autre corps à interpeller : les membres du gouvernement et les autorités administratives. Il n’était pas rare de voir la semaine dernière, un Yark sous le chaud soleil en pleine coordination de ses unités, ou un certain Ninsao Gnofam en personne superviser tel ou tel autre chantier.

Même ces ministres de « toute puissance » se sont confondus au citoyen lambda pour ne pas être porteur d’un éventuel échec du projet personnel à leur cher président, leur champion Faure Gnassingbé. Le constat est patent.

Le sommet s’est particulièrement bien déroulé en termes d’organisation.
Ceci dit, la vie du Togolais peut être aussi un succès si d’ordinaire ces hommes et femmes du gouvernement appelés à servir se mettaient vraiment au travail. Tous les jours devraient sonner pour nos autorités gouvernementales comme l’organisation d’un sommet, un sommet avec des enjeux plus importants que celui de Faure Gnassingbé.

“Le sommet pour la sûreté et la sécurité du bonheur pour le peuple Togolais”

C’est le plus important. Si toute l’administration de Faure Gnassingbé s’activait pour la réussite d’un tel sommet, il n’y aura plus besoin de bousculer qui que ce soit pour une organisation spéciale d’un autre sommet, qu’il soit à l’échelle africaine ou mondiale.

A New York aujourd’hui, point n’est besoin de bousculer les populations, les ministères et d’autres structures des USA pour la tenue d’une conférence à l’échelle mondiale car les infrastructures existent déjà et servent au peuple américain en prime abord, avant de servir par ricochet aux rencontres internationales.

La réussite organisationnelle du sommet de Lomé démontre que Faure Gnassingbé et ses collaborateurs savent et peuvent travailler et relever les grands défis. Ainsi, ce serait à dessein les inégalités sociales, le chômage, la pauvreté, le manque d’infrastructures sanitaires, etc. Le Togo a visiblement des ministres et des DG dont la compétence et le génie sont au-delà des attentes, mais ils semblent ne “régner” que pour confirmer et affirmer leur appartenance à une minorité pilleuse.

On rend compte aujourd’hui que tout ce monde peut mieux faire, bien faire d’ailleurs, mais leur ego, l’intérêt personnel, l’enrichissement rapide et illicite et d’autres tares qui retardent le pays, les intéressent plus que tout. Et le résultat est là. Dommage !

A.L

icilome.com