CAN 2017 : Un appel d’offre pour un nouvel équipementier pour les Eperviers en vue

339
CAN 2017 : Un appel d’offre pour un nouvel équipementier  pour les Eperviers en vue

La qualification surprise des Eperviers pour la CAN Gabon 2017 vient de relancer l’épineux dossier de l’équipementier de l’équipe nationale. Cela fait plusieurs années que le contrat entre la société PUMA et les autorités sportives togolaises a été rompu suite au désordre, aux crises récurrentes et à la mauvaise gestion du matériel. Cette situation a poussé les différents bureaux exécutifs à se tourner vers des équipements de seconde zone, parfois en acheter sur le marché pour habiller les Eperviers.

Des faits vigoureusement dénoncés par la presse sportive qui a souvent évoqué des affaires obscures avec des retro commissions pour les responsables. Dans la foulée la société Sergio Sport, spécialisée dans la vente des maillots, a été sollicitée pour accompagner la Fédération pendant cette période de crise. Une mission qu’elle a accomplie bon an mal an, en fournissant des maillots aux Eperviers jusqu’à la qualification contre Djibouti. Le propriétaire de Sergio Sport, Serge Bénissan avait aussi remporté le contrat d’organisation des matchs de qualification CAN Gabon 2017 dont le dernier a été la confrontation entre le Togo et Djibouti.

Depuis la qualification des Eperviers, le débat sur l’équipementier est revenu au-devant de l’actualité. Deux camps s’affrontent. Ceux dont la voix porte pour le moment qui estiment qu’il faudra conserver notre compatriote qui a été sollicité au moment où la fédération avait des difficultés, même si la fourniture de ses équipements n’était pas gratuite et ceux qui pensent qu’il faudra trouver un autre équipementier de qualité pour habiller la sélection nationale.

Ce débat qui passionne déjà risque de perturber les préparatifs de la prochaine CAN si les choses ne sont pas réglées à temps. Le Secrétaire Général de la FTF, Pierre Lamadokou a dû se faire violence pour recadrer les choses le week end dernier sur certaines plates-formes de discussions. On apprend donc qu’un appel d’offres pour le choix d’un nouvel équipementier est en vue et sera certainement rendu public les jours à venir.

La Fédération qui pilote ce dossier sensible avec le ministère des Sports et de la communication a déjà bouclé le dossier qui se trouve depuis sur le bureau de Guy Madjé Lorenzo. La balle est donc dans le camp du ministre des Sports, mais selon plusieurs sources, il est urgent d’agir pour ne pas violer les exigences règlementaires de la CAF en la matière, au risque de prendre des amendes. Le délai pour communiquer à la CAF les équipements afin que l’instance africaine de football l’intègre dans son propre dispositif est de deux mois avant. Il y a des exigences liées à la présentation des équipements que le Togo ne respectait pas lors des éliminatoires, mais pour la phase finale, la CAF est regardante même sur les détails.

Il faudra alors proscrire l’amateurisme, le rafistolage, d’où la nécessité de lancer le plus tôt possible un appel d’offres ouvert à tout le monde pour le choix de l’équipementier à travers des critères exigeants. Il faut éviter de faire les choses à la dernière minute, au risque d’exposer une fois de plus le Togo au monde entier.

Mensah K.

icilome.com