Burkina Faso : Le N23 recommande une trêve sociale pour la mise en œuvre du PNDES

7
Burkina Faso : Le N23 recommande une trêve sociale pour la mise en œuvre du PNDES
La fronde sociale qui ne finit pas de gonfler au Burkina Faso préoccupe à Abidjan, le N23 ou Mouvement du 23 Novembre. Au cours de la cérémonie d’investiture de la Coordination communale d’Adjamé, le dimanche 27 Novembre 2016, Moumouni Pograwa, le leader de cette plateforme de défense des droits des Burkinabè résidant en Côte d’Ivoire a appelé les acteurs sociaux à plus de patience et souplesse, afin que le Gouvernement constitué en Janvier 2015 puisse mobiliser des fonds et mettre en œuvre l’ambitieux programme de Roch Marc Kaboré. ‘’Je demande aux acteurs sociaux du Burkina Faso de faire balle à terre. Il faut une trêve sociale afin que le pays aille vers le développement. Il faut une trêve sociale afin que le Gouvernement mette en œuvre le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES)’’, a plaidé l’ex-activiste pour le changement au Faso, sous l’ère Compaoré.

A en croire Pograwa, le PNDES est le seul référentiel qui prend en compte les Burkinabè de l’Etranger. ‘’A partir de ce moment, le N23 qui défend les intérêts de la diaspora ne peut que se battre pour que le PNDES puisse être mis en musique’’, a-t-il justifié, en affirmant que, pour ce faire, le Faso compte mobiliser 15 000 milliards de F CFA.

Le Coordonnateur général du N23 s’est également réjoui du fait que sa saisine des autorités burkinabè relativement aux contributions pour la construction de La Maison du Burkina ait porté. De fait, une mission de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE) est à Abidjan en vue d’enquêter sur les frais prélevés depuis deux décennies sur chaque Burkinabè venant dans les Consulats généraux pour se faire établir une carte consulaire. ‘’Cette enquête est une victoire du N23’’, a commenté l’orateur.

A en croire Pograwa, le PNDES est le seul référentiel qui prend en compte les Burkinabè de l’Etranger. ‘’A partir de ce moment, le N23 qui défend les intérêts de la diaspora ne peut que se battre pour que le PNDES puisse être mis en musique’’, a-t-il justifié, en affirmant que, pour ce faire, le Faso compte mobiliser 15 000 milliards de F CFA.
Le Coordonnateur général du N23 s’est également réjoui du fait que sa saisine des autorités burkinabè relativement aux contributions pour la construction de La Maison du Burkina ait porté. De fait, une mission de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE) est à Abidjan en vue d’enquêter sur les frais prélevés depuis deux décennies sur chaque Burkinabè venant dans les Consulats généraux pour se faire établir une carte consulaire. ‘’Cette enquête est une victoire du N23’’, a commenté l’orateur.

Burkina Faso : Le N23 recommande une trêve sociale pour la mise en œuvre du PNDESSur la question de la discorde et des divisions presque viscérales entre les différents leaders communautaires burkinabè en Côte d’Ivoire, Moumouni Pograwa a salué l’appel à l’union lancé par le nouvel Ambassadeur Mahamadou Zongo. Cependant, il préconise que les différents leaders s’asseyent et discutent sur les faiblesses et maux de la communauté en vue d’explorer l’avenir. ‘’’Ici la notabilité, les femmes, les jeunes sont tous divisés pour une question de fauteuil. Dites à SEM Zongo Mahamadou que pour que la diaspora burkinabè soit mieux organisée, il faut la tenue des états généraux de cette communauté. C’est à ce prix seul que nous nous tirerons d’affaire’’, se convainc-t-il.

A Paillet, c’est Jean Marie Thiombiano qui pilotera la Coordination N23 d’Adjamé. Dès son investiture, Thiombiano a indiqué que le N23 était une structure de la société civile, donc apolitique. ‘’Nous allons développer des initiatives pour que chacun ait quelque chose à faire. Nous bâtirons le Burkina Faso à partir de Paillet’’, a-t-il révélé lors de la cérémonie.

Farsonet

Togosite.com