Au Togo, des intimes de Faure Gnassingbé gâtent tout : Pénurie d’engrais. Vie chère. Connexion anecdotique. Misère des paysans. Etc.

280

Contrairement à son défunt père de président Eyadèma Gnassingbé qui a régné sur le Togo 38 ans durant, loin des regards des femmes, Faure Gnassingbé qui, depuis 11 ans, a capté le fauteuil présidentiel, dirige malheureusement le pays avec ses intimes. Dans le gouvernement, les sociétés d’Etat et dans le monde des affaires, les femmes du moins, celles qu’on appelle les intimes de Faure sont nombreuses. Elles sont reconnaissables par leurs gaffes et leurs incompétences à toute épreuve.

Quelques intimes de Faure Gnassingbé qui pourrissent la vie des Togolais : Victoire Tomégah-Dogbé (g), Cina Lawson (c), Julie Béguédou (d) | Infog : 27avril.com

Depuis six (6) ans, Cina Anoko Lawson est parachutée au ministère des Postes et de l’Economie Numérique. En plus du fait que le Togo est le seul pays dans la zone UEMOA où les tarifs des produits et services de télécommunication demeurent les plus élevés, la connexion est d’une très mauvaise qualité. Face à une telle situation, l’égérie de Faure Gnassingbé récuse l’arrivée d’un troisième opérateur en arguant que « dans un marché de 7 millions d’habitants avec un taux de pénétration de plus de 60%, y a-t-il de l’intérêt de la part de nombreux investisseurs ? ». Pourtant, quelques mois plus tôt, dame Cina Lawson avait annoncé un appel d’offre pour l’arrivée d’un 3ème opérateur. La date de la publication du nom du 3ème opérateur avait été même avancée. Après sa déclaration du 27 juillet consacrant le refus de ce 3ème opérateur, le gouvernement en Conseil des ministres du 24 août dernier parle de l’attribution de licence 4G aux opérateurs de téléphonie mobile Togo Cellulaire et Moov et la concession de trois (3) nouvelles licences à d’autres fournisseurs d’internet. Un rétropédalage qui dit tout du cafouillage dans la gestion de ce portefeuille de l’Economie Numérique.

Au milieu de l’averse de critiques, le bons sens recommande que Cina Lawson démissionne d’elle-même, soit démissionnée ou se ressaisisse pour tenter de rectifier le tir. Mais la voilà encore avec les pauvres paysans.

Cina au cœur de AgriPME

En milieu de semaine dernière, le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique le Colonel Ouro-Koura Agadazi et la ministre des Postes et de l’Economie Numérique Cina Lawson ont procédé au lancement du projet Agriculture Portemonaie Electronique (Agri PME).

C’est un dispositif qui permet aux agriculteurs de recevoir leurs subventions via les réseaux Togo Cellulaire ou Moov. A en croire les concepteurs, ce projet offre plusieurs avantages dont la démonétisation du paiement de la subvention, l’identification individuelle des agriculteurs vulnérables, la numérisation du versement, la traçabilité de la subvention. Il a été financé à hauteur de 1,2 milliards par la Banque Africaine de Développement (BAD). A la cérémonie de lancement, la ministre Lawson a indiqué que « compte tenu de la place prépondérante occupée par le secteur primaire dans l’économie togolaise, – 39% de la richesse nationale – Agri PME aura un impact considérable » Soit. Pour l’effectivité de ce programme, il faut d’abord la disponibilité de l’engrais, la disponibilité de la connexion à travers les réseaux Togocel et Moov enfin la situation financière des paysans. Sur ces trois (3) conditionnalités, aucune n’est remplie.

Julie Béguédou

Le marché de l’engrais au Togo est entre les mains des intimes de Faure Gnassingbé dont Julie Beguedou. Dans la révélation du confrère « La Lettre du Continent » n°374 du 30 août 2016, il est indiqué que « l’historique Cagia n’organisera pas cette année d’appels d’offres d’engrais NPK et d’urée de septembre à décembre, comme elle le fait traditionnellement avant de redistribuer ces produits aux agriculteurs. Depuis la fin 2015, et en vue de la disparition programmée de la Centrale, une dizaine de distributeurs privés ont émergé. Parmi ceux-ci, seuls quelques-uns sont réellement actifs, dont Elisée Cotrane, l’entité de Julie Béguédou, une intime du président Faure Gnassingbé qui se positionne dans les affaires depuis une dizaine d’années. Au Togo, Elisée Cotrane est connue des banques comme la Banque Atlantique, UTB ou encore Orabank, où la société enregistre un imposant passif se chiffrant à des milliards de FCFA.

A l’instar des autres nouveaux distributeurs privés comme Fredo Vanos, une société fondée par Kokou Devenou, l’ancien mécanicien en charge de l’entretien des véhicules présidentiels, Elisée Cotrane est désormais chargée de couvrir les besoins en engrais des vivriers togolais. Ceux-ci sont essentiellement des cultivateurs de maïs. Leurs besoins sont estimés à environ 40.000 t/an. Mais l’insatisfaction monte chez ces derniers, car depuis la désactivation du réseau de magasins de la Cagia, ils ne savent plus où aller pour s’approvisionner en engrais. D’où la piètre performance de leurs cultures et l’envolée des prix.

Afin d’éviter une pénurie durable d’engrais, le ministre Agadazi (un proche de Julie Béguédou) qui est en charge de la sécurité alimentaire du pays et qui est à l’origine de la réforme de la Cagia, va devoir se pencher sur le non-fonctionnement du nouveau système. D’autant que sur le front de l’approvisionnement en engrais de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT), l’un des poumons économiques du pays sur lequel Julie Béguédou est également positionnée, la situation n’est pas brillante non plus ».

Toujours selon le confrère, « ces derniers mois, les prix des denrées alimentaires ont fortement augmenté sur le marché togolais. En sont à l’origine de mauvais rendements agricoles, liés notamment à la pénurie d’engrais vivriers ». Voilà la situation ! Et pour les beaux yeux de Julie Béguédou, le Colonel Agadazi a désactivé la Centrale d’Achat et de Gestion des Intrants Agricoles du Togo (CAGIA) pour favoriser sa protégée d’Elisée Cotrane. Tout le monde sait aujourd’hui que l’engrais est devenu rare sur le marché. Cette année, plusieurs pauvres paysans ont vu leurs cultures sans rendement non pas parce qu’ils n’ont pas de moyens pour payer l’engrais mais parce qu’il n’y en a pas sur le marché. Bien plus, les réseaux téléphoniques sont mauvais et anecdotiques dans les milieux ruraux. Comment le fameux Agri PME peut-il prospérer dans ce cas ? C’est bien triste que le Togo est devenu une propriété des intimes de la République à cause de l’affairisme à outrance de Julie Beguedou.

Victoire Tomegah-Dogbé

Pendant que Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes dilapide des milliards pour payer des houes, dabas, brouettes et consorts aux paysans pour un hypothétique développement à la Base, Cina Lawson prétend envoyer des subventions à ces paysans à travers leur téléphonie mobile pour payer l’engrais qui n’existe malheureusement pas.

Le prêt de 1,2 milliards de la BAD et la dotation de 1,5 milliards du gouvernement pour l’achat de l’engrais passeront par pertes et profits car aucune condition n’est réunie pour la réussite de ce projet. Et c’est aussi ça la gouvernance sous Faure Gnassingbé.

Source : Kokou Agbemebio, Le Correcteur No. 716 du 05 sept. 2016

27Avril.com