Alberto Olympio, « condamné » à 5 ans de prison ferme. La cabale politique contre lui, confirmée.

110

La cabale politique contre l’opposant togolais Alberto Olympio, président du Parti des Togolais se confirme. Ce dernier vient s’ajouter à la longue liste des opposants à avoir un procès politique dans leur CV.

Alberto Olympio, « condamné » à 5 ans de prison ferme. La cabale politique contre lui, confirmée.

Alberto Olympio est désormais condamné à soixante mois de prison ferme dans l’affaire Cauris Management – Axxend Corporation. En plus de cette peine d’emprisonnement, il devrait s’acquitter de neuf (9) millions d’euros (environ 6 milliards FCFA) pour préjudices et d’un 1 million 350 mille euros (environ 900 millions) de dommages et intérêts. Son avocat togolais Me Agbogan Célestin dénonce un procès inéquitable, inique et injuste.

Comme prévu, le délibéré du tribunal correctionnel de Lomé dans l’affaire opposant Alberto Olympio à Cauris Management est tombé dans la matinée d’hier. Et comme on devrait s’y attendre, le juge en charge du dossier a confirmé la peine d’emprisonnement de cinq ans requise contre lui par le Procureur de la République. Toujours en son absence et celle de ses avocats, Alberto Olympio devra, selon le délibéré, payer neuf millions d’euros pour préjudices et un million 350 mille euros de dommages et intérêts. La justice togolaise a également confirmé le mandat d’arrêt international émis contre l’opposant.

Les réactions n’ont pas tardé suite à ce verdict. « C’est un acharnement contre mon client qui vient d’être confirmé. Nous avons dénoncé depuis des mois la manière peu orthodoxe dont cette procédure a été menée. Nous remarquons aujourd’hui que la justice est restée dans sa logique en condamnant Alberto Olympio à la suite d’un procès inéquitable, inique et injuste à 60 mois d’emprisonnement ferme avec un mandat d’arrêt contre lui. C’est tout simplement regrettable, car la justice qui est le socle de la démocratie d’un pays, et qui doit voler au secours de tous les citoyens, est devenue comme un bourreau par lequel le pouvoir passe pour régler des comptes à des adversaires qui dérangent. C’est grave pour notre pays qui se veut démocratique », s’est interrogé Me Agbogan Célestin. Il a par ailleurs critiqué la posture du bâtonnier de l’Ordre des avocats qui cautionne la forfaiture orchestrée par le 5ème substitut du Procureur et le juge en charge du dossier. Est-il utile de rappeler que le bâtonnier se retrouve être l’avocat de la partie adverse et que malgré la lettre que son confrère Agbogan Célestin lui avait écrite en vue de lui signifier son absence du pays, pour que le procès soit renvoyé, il a, avec le concours du parquet, tout fait pour un « procès en catimini » ?

« Nous ne sommes pas surpris du verdit, et c’est une farce. Mais nous constatons que les droits du citoyen Alberto Olympio ne sont pas respectés, et nous nous engageons à poursuivre le combat pour plus de justice au Togo. Ce n’est pas le lieu de remettre en cause le travail que fait la justice togolaise dans sa globalité, car il y a toujours certaines personnes dans le corps judicaire qui font un travail remarquable et qui ne sont pas d’accord avec la manière dont se passent les choses. Ils ont condamné Alberto Olympio pour que ce dernier ne puisse plus revenir au pays et poursuivre son combat, mais ils se trompent sur toute la ligne. Depuis son engagement en politique, il a toujours dit que le combat ne se situe pas autour de sa personne. Je vous promets que le combat se fera au niveau du Parti des Togolais avec ou sans Alberto Olympio, mais je vous garantis que ce sera avec lui », a déclaré Gnimdéwa Atakpama, membre du bureau politique du Parti des Togolais, à la sortie de l’audience.

Le parti a également réagi. Dans un communiqué, Monsieur Olympio a tenu à rappeler « qu’il ne reconnaît aucun des faits pour lesquels la justice togolaise le condamne, à l’issue d’une procédure dont la légalité et l’équité sont clairement mises en cause. Depuis son point de départ jusqu’à cette première conclusion, cette procédure est en total déphasage, non seulement avec le droit, mais surtout avec la logique et le bon sens. Aucune des parties engagées dans cette procédure n’est dupe, les Togolais encore moins ». Il tient tout particulièrement à rassurer les membres et sympathisants du Parti des Togolais. Pour lui, cette décision judiciaire n’aura aucun impact sur les activités du Parti, ni sur la lutte entamée depuis 2014 pour l’amélioration des conditions de vie des Togolais et pour la libération du Togo.

Les avocats prévoient faire appel de cette décision dans les prochains jours.

Pour rappel, Alberto Olympio avait porté plainte contre le Procureur de la République et le juge d’instruction en charge du dossier pour des malversations avérées. En effet, les magiciens du droit avaient tout mis en œuvre pour faire disparaître un réquisitoire définitif de non-lieu au profit d’un nouveau document titré « Réquisitoire de non-lieu partiel» portant la même date que le premier.

Hasard ou simple coïncidence, Alberto Olympio vient de rendre public son second ouvrage intitulé « Le Pouvoir, c’est Vous ». Dans la première partie de ce livre, avec les six premiers chapitres, l’auteur revisite le parcours de l’élection présidentielle d’avril 2015, fait ses analyses et tire les enseignements de cette expérience. Dans la seconde partie, du chapitre sept à treize, il propose sa vision de la dynamique qui devrait porter cette période d’après élection, avant de terminer dans la troisième partie avec quelques tactiques et recommandations.

Source : Shalom Ametokpo, Liberte No. 2282 du 22 Septembre 2016

27Avril.com